Réseau Voltaire
Thèmes

Torture

Lorsqu’il fait passer son intérêt avant celui de ses mandants, l’État se transforme en Léviathan et institutionnalise la torture. Celle-ci peut avoir trois fonctions : l’obtention de renseignements, l’inculcation d’aveux, ou la sanction dissuasive. L’ONU a mis en place une série d’instruments internationaux pour mettre fin à ces pratiques, incluant la « Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants » (1984), dont l’application est vérifiée par le Comité contre la torture.
Pourtant, durant la Guerre froide, les États-Unis ont généralisé cette pratique dans le tiers-monde, créant même deux écoles de torture à Panama (École des Amériques) et à Taiwan (Political Warfare Cadres Academy ). Cependant, cette pratique restait illégale et était principalement sous-traitée à des milices ou à des États alliés. En déclarant la « guerre globale au terrorisme », l’administration Bush a restauré l’usage de la torture, d’abord en la rendant publique hors du territoire US, puis en la légalisant aux États-Unis mêmes. Adaptant les techniques nord-coréennes étudiées par le professeur Albert D. Biderman, la torture pratiquée à Guantánamo, Bagram et dans les nombreuses prisons secrètes de la CIA et de la Navy visait à transformer des innocents en coupables en leur inculquant des aveux. Le régime Bush fabriquait ainsi les « témoignages » de repentis justifiant sa version des attentats du 11-Septembre et sa guerre au terrorisme.
L’administration Obama a officiellement interdit le recours à la torture. En réalité, rien n’a changé car la CIA et de la Navy ont multiplié les centres d’interrogatoires off shore.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
La torture comme source de renseignement
Abou Zoubeida, la « balance d’Al-Qaida »
par Kevin Ryan
Abou Zoubeida, la « balance d'Al-Qaida » Washington D. C. (États-Unis) | 17 janvier 2013
Toujours emprisonné à Guantánamo Bay, Abou Zoubeida est la principale source de renseignement occidental sur Al-Qaida. Il a donné sous la torture le nom d’autres responsables de l’organisation terroriste qui ont été arrêtés à leur tour et ont fourni les autres informations dont disposent les autorités états-uniennes. Bref, ce que les autorités US disent savoir sur Al-Qaida, elles le doivent d’abord à cette source. Problème : il est aujourd’hui admis qu’Abou Zoubeida n’a jamais été membre d’Al-Qaida et que ses aveux obtenus sous la torture n’étaient qu’un moyen pour lui d’abréger ses souffrances. L’essentiel de ce que le contre-espionnage US déclare savoir d’Al-Qaida est sorti de son imagination fertile. Et tout est faux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Articles les plus populaires
Le secret de Guantánamo
Le secret de Guantánamo
Les USA, Empire de la barbarie
 
Images officielles du pays de la liberté
Images officielles du pays de la liberté
Torture des prisonniers afghans
 
En vol pour Guantanamo
En vol pour Guantanamo
Des photographies des prisonniers prises illégalement
 
Les manuels de torture de l
Les manuels de torture de l’armée des États-Unis
Nouvelles applications à Abou Ghraib
 
L
L’autopsie des pendus de Guantánamo Bay
Arbitraire états-unien
 
La CIA possède des prisons secrètes en Europe
La CIA possède des prisons secrètes en Europe
Délocalisation des centres de torture
 
Abou Zoubeida, la « balance d
Abou Zoubeida, la « balance d’Al-Qaida »
La torture comme source de renseignement
 
L’interrogatoire de KSM
« Voilà ce qu’il faut faire »