Réseau Voltaire
New Orient News
 
 
Beyrouth (Liban) | 17 janvier 2008
La seconde mission du secrétaire général de la Ligue arabe à Beyrouth est entourée d’un flou total. Rien n’a filtré sur les nouvelles idées proposées par Amr Moussa à ses interlocuteurs dans le but de déblayer le terrain devant le plan arabe de règlement. Il s’est contenté de déclarations laconiques. M. Moussa doit se rendre aujourd’hui à Damas où il devrait rencontrer des responsables syriens en marge de la cérémonie d’ouverture de l’année culturelle arabe dans la capitale des Omeyyades.
Les médias libanais ont largement commenté la polémique entre les chefs chrétiens du 14-mars pro-US et de l’opposition après les virulentes critiques adressées par le leader des maronites du Liban-Nord, Sleimane Frangié, contre le patriarche de la communauté, qu’il a accusé de partialité en faveur du (...)
 
 
 
Beyrouth (Liban) | 14 janvier 2008
Une sorte de routine caractérise la scène politique libanaise après l’échec de la mission du secrétaire général de la Ligue arabe visant à trouver une entente entre le 14-mars pro-américain et l’opposition. La presse libanaise et arabe parle d’un prochain retour de Amr Moussa à Beyrouth mais avec un soutien arabe dans le cadre de la proposition du président Nabih Berry de se faire accompagner des ministres arabes des Affaires étrangères, notamment le saoudien Saoud al-Fayçal et le syrien Walid Moallem. Mais de nombreux obstacles se dressent devant la concrétisation de cette proposition.
Les médias ont aussi largement commenté les attaques de George Bush contre l’Iran et ses tentatives de dresser le monde arabe face à la République islamique.
 
 
 
 
 
 
Beyrouth (Liban) | 3 janvier 2008
Le Liban se balance entre la détermination de l’opposition libanaise à obtenir le tiers des portefeuilles dans un gouvernement d’union nationale, afin d’empêcher une mainmise américaine sur le Liban, comme l’a affirmé mercredi soir le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, et le refus du 14-mars de le lui accorder « même sur nos cadavres », comme l’a dit Walid Joumblatt. Le chef de la Résistance libanaise a affirmé que si les médiations s’arrêtent, l’opposition va prendre des mesures dans un délai de dix jours pour empêcher le gouvernement de Fouad Siniora d’exercer pleinement les prérogatives de la présidence de la République, vacante depuis le 23 novembre. Ces prises de positions s’accompagnent de l’annonce par Damas de l’interruption de tout contact avec la France sur la crise (...)
 
 
 
 
 
 
 
Beyrouth (Liban) | 22 décembre 2007
L’Adha et les fêtes de fin d’année ne semblent pas porter aux Libanais l’espoir d’une solution à la crise politique qui secoue le pays depuis bientôt trois ans. Le président états-unien George Bush est personnellement intervenu dans le débat interne pour encourager la coalition du 14-mars à refuser tout compromis avec l’opposition et à opter pour l’escalade à travers l’élection d’un président à la majorité simple. Ce développement montre que les relations entre les États-Unis et la Syrie restent très tendues, surtout en ce qui concerne le dossier libanais. Ces nouvelles complications ont provoqué le report au 29 décembre, pour la dixième fois consécutive, de la séance de l’élection présidentielle prévue ce samedi.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Articles les plus populaires
Pourquoi les États-Unis veulent agresser la Syrie
Pourquoi les États-Unis veulent agresser la Syrie
« Tendances de l’Orient »
 
La Syrie, l
La Syrie, l’Ukraine et le monde nouveau
« Tendances de l’Orient »