Réseau Voltaire
Horizons et débats
Rédacteur en chef : Jean-Paul Vuilleumier Rédaction et administration : Case postale 729, CH-8044 Zurich Tel. : +41 44 350 65 50 Fax : +41 44 350 65 51 E-mail : [email protected] Site : www.zeit-fragen.ch
658 articles
 
 
 
 
 
 
 
 
Zurich (Suisse) | 22 août 2007
Pendant la Seconde Guerre mondiale déjà et surtout après, beaucoup de personnes – Allemands et non-Allemands – se sont demandé quelle était la part de responsabilité des Allemands dans les crimes du nazisme. L’éventail des opinions allait de l’attribution de la culpabilité à l’ensemble des Allemands (thèse de la responsabilité collective, défendue surtout par les Etats-Unis, qui se refléta dans les décisions de la Conférence de Potsdam en juillet et août 1945, bien qu’il y ait eu aux Etats-Unis des forces influentes qui avaient collaboré avec la dictature nazie) à une conception relevant de la théorie des classes selon laquelle tous les membres de la classe ouvrière étaient innocents et seuls les capitalistes étaient coupables. Cette dernière thèse fut celle qui présida au travail sur le passé national-socialiste dans la zone d’occupation soviétique puis en (...)
 
 
 
 
 
22 août 2007
La destruction des structures étatiques de l’Afghanistan a déjà débuté en 1979. L’ancien directeur de la CIA et actuel ministre américain de la Défense Robert Gates écrit, dans ses mémoires, que les services de renseignements américains ont déjà commencé à soutenir les islamistes afghans six mois avant l’intervention soviétique fin 1979. Le conseiller à la Sécurité du président américain Jimmy Carter, Zbigniev Brzezinski, confirmait également que celui-ci avait signé le 3 juillet 1979 la première directive sur le soutien secret de l’opposition islamique contre le régime de Kaboul . Ensuite a eu lieu l’intervention soviétique et de cette manière le conflit afghan s’est internationalisé. Il ne s’agissait plus en premier lieu de l’Afghanistan mais de faire du pays un Vietnam pour l’URSS. L’Afghanistan a été victime de cette stratégie. Près de 30 ans plus tard, il n’y a pas de fin prévisible à la tragédie (...)
 
 
 
Zurich (Suisse) | 22 août 2007
Depuis quelques années, certains événements touchant la médecine vétérinaire retiennent l’attention : les noms des médicaments sont nouveaux et anglais. Des produits qui avaient fait leurs preuves pendant de longues années ont disparu du marché. La médecine vétérinaire serait-elle le champ d’expérimentation de médicaments destinés aux hommes depuis que l’Amérique bushienne a assoupli et raccourci les procédures d’examen des médicaments en médecine humaine ? Notre industrie pharmaceutique doit gagner la lutte concurrentielle globale, a déclaré Bush il y a deux ans environ au moment de l’introduction des nouvelles directives. L’OFSP et l’Office vétérinaire fédéral suisse ne contrôlent pas les médicaments étrangers « car les dossiers que fournissent les laboratoires sont excellents », a déclaré l’OFSP (...)
 
 
 
 
Le passage du socialisme d’Etat au néolibéralisme
La Bulgarie est en train de devenir un pays du tiers-monde
par Peter Bachmaier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Articles les plus populaires
09. Selon le président Cossiga, le 11-Septembre a été organisé par les services occidentaux
Selon le président Cossiga, le 11-Septembre a été organisé par les services occidentaux
Les déclarations choc de l’ancien président italien
 
Déclin de l’Occident et montée de l’Orient
Réflexions sur les thèses de Kishore Mahbubani
 
01. Pourquoi McConnell a-t-il publié le rapport sur l
Pourquoi McConnell a-t-il publié le rapport sur l’Iran ?
« Coup de palais » à Washington
 
01. Le rôle de la Russie dans le nouvel ordre mondial
Le rôle de la Russie dans le nouvel ordre mondial
« La Russie se recueille »
 
134. Grippe H1N1 et bioterrorisme
Grippe H1N1 et bioterrorisme
« Horizons et débats », 9e année, n° 33, 24 août 2009
 
L’US $ est une monnaie privée
Crise financière mondiale
 
Provocation dans le Caucase
L’alliance militaire États-Unis/OTAN/Israël
 
La Bulgarie est en train de devenir un pays du tiers-monde
Le passage du socialisme d’Etat au néolibéralisme