Réseau Voltaire
Enquêtes, analyses de fond, synthèses originales.
 
Enquête sur les réseaux d’influence états-uniens
Quand la CIA finançait les intellectuels européens
par Denis Boneau
 
 
Le front latino-américain des États-Unis
Le Southcom intensifie son occupation militaire de l’Équateur
par Marcelo Larrea
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Première guerre du Golfe
Le double jeu de François Mitterrand
par Thierry Meyssan
Le double jeu de François Mitterrand Paris (France) | 3 novembre 2003
En 1990, après avoir incité le Koweït à ruiner l’Irak, les États-Unis laissèrent entendre à Bagdad qu’ils ne s’opposeraient pas à une réunification par la force de l’Irak et du Koweït. Mais lorsqu’en août Saddam Hussein passa à l’acte, l’administration Bush senior organisa une riposte militaire, l’opération « Tempête du désert ». Conscients du piège dans lequel était tombé l’Irak, des dirigeants arabes sollicitèrent la médiation française pour sauver la paix en permettant à Saddam Hussein de faire marche arrière sans perdre la face. Dans un livre récent, le négociateur français, Marc Boureau d’Argonne, révèle le détail de ces discussions secrètes et du protocole d’accord français qui avait été accepté par Bagdad. Pourtant, au dernier moment, le président François Mitterrand refusa de signer ce document, laissant le piège états-unien se refermer sur l’Irak. Loin d’avoir voulu empêcher la guerre du Golfe, la France a-t-elle participé à sa fabrication (...)
 
 
Privatisation de la Bolivie
Les mobilisations populaires font chuter le président bolivien
par Sergio Cáceres
 
 
 
 
 
Incarcération d’un journaliste d’Al-Jazeera
La presse arabe dans la ligne de tir
 
 
 
 
 
La communication israélienne pour 2003 selon la Fondation Wexner 4 juillet 2003
En 2002, des spécialistes états-uniens des relations publiques réalisèrent deux études sur le discours à tenir pour défendre au mieux les intérêts d’Israël dans le débat politique aux États-Unis. La première était destinée au gouvernement Sharon, la seconde aux leaders juifs états-uniens. Ces travaux n’ont pas été rendus publics, mais on sait qu’ils conseillaient aux Israéliens de se faire discrets à l’approche de l’attaque de l’Irak. Il s’agissait d’éviter que l’opinion publique états-unienne accorde du crédit à l’imputation selon laquelle les GI’s allaient verser leur sang à Bagdad pour défendre les intérêts d’Israël plus que ceux des États-Unis. Ces prescriptions furent suivies à la lettre par leurs destinataires.
En avril 2003, les mêmes spécialistes ont réalisé une nouvelle étude confidentielle sur le discours à tenir après l’invasion de l’Irak et pendant les négociations de la « feuille de route ».
Elle a été réalisée par Luntz Research Companies, qui avait imaginé la campagne électorale de Benjamin Netanyahu, et (...)