Réseau Voltaire
Veille documentaire
Sélection d’études et de documents publiés par des centres de recherche et des institutions nationales et internationales.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
110. La machine à propagande 27 janvier 2003
Partant du principe que la répétition systématique d’une idée finit par la rendre vraie, la Maison-Blanche publie « Apparatus of Lies : Saddam’s disinformation and propaganda, 1990-2003 » (« La machine à mensonges : La désinformation et la propagande de Saddam, 1990-2003 »).
Un document officiel qui prétend démonter un dispositif de propagande devrait se prévaloir d’une méthodologie et d’une rigueur exemplaire. Pourtant, dès la première page, deux questions se posent :
Pourquoi le document n’est-il ni signé, ni daté ?
L’origine du fascicule n’est mentionnée nulle part dans les 33 pages. L’emblème de la Maison-Blanche aurait-il jeté le doute sur une supposée impartialité du propos ? Faut-il comprendre de cette omission que le contenu du document est à ce point indiscutable qu’il est inutile de le resituer dans son contexte ?
Pourquoi le président irakien est-il, une fois de plus, désigné par son prénom ?
L’emploi, par les officiels états-uniens, du prénom de Saddam Hussein est devenu systématique. Tout est (...)
 
 
 
 
Numéro 106
Hold-up à l’ONU
16 décembre 2002
L’ONU a rendue publique la table des matières du rapport de l’Irak sur ses équipements militaires. Le 8 décembre, trois heures après la livraison du document au siège des Nations Unie, des officiels états-uniens s’en sont emparés, afin qu’il soit « copié dans un environnement sûr ». Cette manoeuvre a été effectuée avec la complicité des cinq membres permanents du Conseil de sécurité qui se sont également accordés à ne pas en révéler le contenu exhaustif aux membres non-permanents. La résolution 1441 prévoyait pourtant que ce rapport serait remis à tous les membres du Conseil de sécurité et que l’ONU serait seule habilitée à l’expurger des éventuelles « informations sensible ». Les États-Unis commettent ainsi la première violation de la résolution 1441.