Réseau Voltaire
La presse de référence au stabilo
Pour mener des actions politiques ou militaires, les gouvernements ont besoin de les rendre légitimes aux yeux de la population. Ils utilisent pour cela des « plans médias » très élaborés et produisent eux-même des informations que la presse va diffuser et commenter. Face à cette volonté, les journalistes n’ont pas toujours la distance critique qui s’impose. Une méthodologie dans la lecture de la presse devient donc indispensable à chaque citoyen. Quelles sont les sources des informations qui nous servent à porter un jugement, à prendre position, à accepter des décisions ? « La presse de référence passée au stabilo » est un outil pédagogique librement utilisable en classe.
Les certitudes de Nicolas Sarkozy : « Un faisceau d'éléments permet de penser que la nébuleuse Al Qaïda n'est pas très éloignée de ce qui aurait pu se passer » 17 août 2006
Le 10 août 2006, le ministre de l’Intérieur britannique, John Reid, annonçait avec beaucoup d’emphase la découverte d’un complot terroriste à Londres visant à provoquer « un massacre d’une ampleur inconcevable » faisant « un nombre encore jamais vu de victimes ». Pourtant, les faits accréditant la réalité de cette menace étaient étrangement absents. Le 16 août, c’était au tour du ministre de l’Intérieur français, Nicolas Sarkozy, de surrenchérir : selon lui, ce terrible complot serait lié à Al Qaïda. Petit jeu : cliquez sur les stabilos vert et jaune pour surligner les spéculations et imprécisions, et l’usage du conditionnel dans les propos du ministre rapportés par l’Agence France presse. On voit que rien ne permet de faire une telle affirmation. Mais pour une fois, la source de l’information est identifiée. Ce qui permet à l’AFP de juger que le lien entre le complot et Al Qaïda a été « confirmé » par Nicolas (...)
 
« Libération » sur la piste des terroristes
Un article à prendre au conditionnel
Un article à prendre au conditionnel 18 mars 2004
Cet article du quotidien Libération est remarquable par l’utilisation systématique d’informations de deuxième ou troisième main, obtenues via des sources rarement identifiées. Ainsi, en citant au conditionnel l’Agence France-Presse, qui elle-même reprend les informations d’une radio espagnole, Libération appuie son analyse sur des données dont l’origine est difficilement vérifiable. Plus inquiétant, la plupart des "révélations" comprises dans l’article sont clairement le fait des autorités policières. Ce qui n’est pas précisément un gage de fiabilité dans le cadre d’une enquête aussi sensible. Ici, la frénésie du " scoop " rejoint l’exigence de résultats immédiats à laquelle la police est astreinte dans le contexte politique et aboutit immanquablement à ériger les préjugés en certitudes d’un instant. À défaut d’éléments tangibles, le journal et la police s’accrochent à la théorie du "complot islamique mondial " selon laquelle, de New York à Nadjaf, de Madrid à Casablanca, les attentats qui secouent la planète depuis (...)
 
La presse passée au stabilo
« Le Monde » agite le spectre Al Qaïda
18 décembre 2003
Depuis le lancement de l’opération « Marteau de fer » visant à éradiquer la résistance irakienne, et avant même la victoire finale, les néo-conservateurs s’efforcent de présenter leurs nouveaux objectifs : développer le contrôle social aux États-Unis et attaquer la Syrie. Pour faire adopter leur politique, ils réactivent la menace Al Qaïda qu’ils accusent à la fois de vouloir attaquer les États-Unis sur leur sol et de bénéficier du soutien de la Syrie. Ces imputations, largement reprises par la presse occidentale, suscitent le scepticisme dans le reste du monde. Ainsi, 108 États, considérant qu’ils n’ont jamais eu à connaître de preuve de l’existence d’Al Qaïda, ont refusé de collaborer à la « guerre globale au terrorisme ». De même, les connaisseurs du Proche-Orient s’interrogent sur les prétendus liens entre le Baas laïque syrien et les fondamentalistes musulmans, qui se sont jusque-là livrés une bataille sans merci.
L’article du Monde que nous vous proposons à l’étude se compose de deux parties distinctes. La (...)
 
Ligne éditoriale de « Libération »
Le choix de l’OTAN
Le choix de l'OTAN 1er septembre 2003
Mardi 5 août 2003, un terrible attentat a lieu à Djakarta, la capitale indonésienne. Dès le surlendemain, le quotidien français Libération identifie le coupable : Oussama Ben Laden. Le journal réalise sa Une sur l’événement et publie deux pleines pages avec articles, graphique, interview et éditorial.
Pourtant, pas plus que pour l’attentat survenu à Bali le 12 octobre 2002, nous ne disposons d’informations fiables permettant de l’attribuer à Al-Qaeda.
L’analyse du traitement de cet événement par Libération fait apparaître la position éditoriale du journal. Les titres font croire aux lecteurs que l’auteur de l’attentat est identifié, en contradiction avec les informations contenues dans les articles. Un graphique relie entre-eux seize attentats, qualifiés d’« antioccidentaux », alors que chaque événement fait l’objet d’interprétations opposées. Le manque d’information fiable est comblé par un entretien très catégorique avec un expert, que le quotidien présente comme indépendant alors qu’il travaille en (...)
 
 
 
25 avril 2003
De la ricine a-t-elle été découverte dans une consigne de la gare de Lyon à Paris, le lendemain de l’attaque de l’Irak par les États-Unis ? Un premier article du journal Le Monde l’affirme et explique que cela « pourrait indiquer la préparation d’une action terroriste », sans que, « pour l’heure, aucun lien [n’ait] été établi avec la guerre en Irak ». Pourtant, trois semaines plus tard, un second article du même quotidien affirme le contraire : « Les flacons de la gare de Lyon ne contenaient pas de ricine ». S’agit-il d’une simple « bavure médiatico-policière » ?
Sources officielles
Le rapprochement des deux articles du Monde est particulièrement instructif sur le fonctionnement des médias. À chaque fois, les journalistes se fondent exclusivement sur des sources officielles. Dans ces deux articles, ils n’hésitent pas à affirmer avec le même aplomb une chose, puis son contraire. On observe une grande vulnérabilité des journalistes vis-à-vis de ces sources. On observe aussi une incapacité du journal à assumer (...)
 
 
 
27 février 2003
Mardi 11 septembre 2001, une série d’attentats a lieu aux États-Unis. À 8h46, un avion de ligne s’encastre dans la tour nord du World Trade Center, à New York. À 9h02, un second avion s’encastre dans la tour sud. À 9h37 heure locale (selon le département de la Défense) ou 9h41 (selon le Washington Post [soit 14h41 GMT], CNN, ABC et CBS) un autre attentat survient au Pentagone, à Washington.
Dans les premières heures, la confusion règne sur ce dernier événement. On apprend plus tard que le siège du département de la Défense des États-Unis aurait été, lui aussi, frappé par un avion de ligne.
Voici quatre dépêches successives de l’Agence France Presse (AFP) qui présentent la chronologie des faits telle qu’elle a été portée à la connaissance des journalistes. Elles sont reproduites dans leur (...)
 
 
« Des renseignements font état d’attentats imminents »
Terrorisme de l’information
12 février 2003
Comment la presse doit-elle diffuser une information totalement invérifiable ? Et doit-elle la diffuser ? Dans cet exemple, les services de renseignements états-uniens annoncent des attentats terroristes qui pourraient avoir lieu. La CIA et le FBI ne savent pas où et quand, mais ils donnent néanmoins des précisions sur l’horreur des méthodes qui pourraient être utilisées.
Avant même de s’interroger sur « l’information » en elle-même, la première démarche devrait consister à se demander qui parle et pourquoi ? Quel sera l’effet produit par une telle « information » ? Dans cet exemple, les déclarations et la CIA et du FBI ont-elles pour but d’empêcher la réalisation de ces possibles attentats ? Ou visent-elles à exercer une pression psychologique sur les populations (...)
 
 
« Le Monde » accuse Al Qaïda en ne citant qu’une source anonyme
L’auteur de l’attentat de Mombasa a-t-il été identifié ?
 
 
 
Articles les plus populaires
Saddam Hussein a volé 900 millions de dollars
Saddam Hussein a volé 900 millions de dollars
D’après « un responsable irakien ayant refusé de donner son identité »
 
La piste Ben Laden passée au stabilo
Qui a organisé les attentats du 11 septembre ?
 
Un article à prendre au conditionnel
Un article à prendre au conditionnel
« Libération » sur la piste des terroristes
 
Le choix de l
Le choix de l’OTAN
Ligne éditoriale de « Libération »
 
Une arrestation « énorme », « fantastique »
L’information et son interprétation
 
Simple « bavure médiatico-policière » ?
Mise en contexte subjective
 
« Le Monde » agite le spectre Al Qaïda
La presse passée au stabilo
 
Les sources du « Monde »
Les sources du « Monde »
De nouvelles menaces d’attentats à l’avion-suicide
 
Informer ou semer la panique ?
« Le Monde » l’affirme : « Les réseaux terroristes d’Al Qaïda menacent l’Europe »
 
Les services de renseignements sources d’informations fiables ?
« Le Monde » dévoile un axe Slobodan Milosevic-Sadam Hussein
 
Terrorisme de l’information
« Des renseignements font état d’attentats imminents »
 
Absence de sources
Un quotidien français détiendrait des informations sur Al Qaïda