Réseau Voltaire
Controverses
Articles polémiques, points de vue, prises de position personnelles n’engageant pas la rédaction du Réseau Voltaire
La première étape des appels d’offre pétroliers
Les vautours de Wall Street survolent le Golfe du Mexique
par Ariel Noyola Rodríguez
 
 
 
Pour la gloire de l'araméen Damas (Syrie) | 21 juillet 2015
En réaction au mouvement salafiste qui n’accorde d’importance qu’à l’islam et néglige les civilisations antérieures, un mouvement se fait jour au Levant en faveur d’un retour de l’araméen. Ce débat n’est pas nouveau. Il y a quelques années, il avait agité le Baas syrien. À l’époque, les partisans de l’araméen comme langue dont l’hébreu et l’arabe sont issus avaient été mis en minorité par ceux qui les accusaient de vouloir réintroduire une influence juive dans le monde arabe. Actuellement, les rapports de force s’inversent et beaucoup admettent que l’araméen est la langue de la Syrie historique, toujours parlée par certains villages chrétiens (dont Maaloula), par les Assyriens d’Irak, par les Mandéens (les disciples de Saint Jean-Baptiste) et aussi par les juifs kurdes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« L’art de la guerre »
La brûlante vérité d’Ilaria
par Manlio Dinucci
La brûlante vérité d'Ilaria Rome (Italie) | 10 juin 2015
Après le fiasco de l’opération « Serre d’aigle », visant à exfiltrer les espions de l’ambassade états-unienne à Téhéran, le Congrès décida de créer, au sein des armées, une unité capable de conduire des missions secrètes. À l’initiative des sénateurs Barry Goldwater et William Cohen, l’UsSoCom devint opérationnel, en 1987. Il est capable d’intervenir dans des guerres où les États-Unis ne sont pas officiellement partie prenante (Irak-Iran), ou pour préparer de nouvelles interventions (Somalie). Une de ses unités, la Team 6, est capable d’assassiner n’importe qui, n’importe où dans le monde, dans un délai de 48h après en avoir reçu l’ordre du président. L’UsSoCom dispose d’un budget de 10,547 milliards de dollars pour des activités dont vous n’entendrez jamais parler.
 
 
 
 
 
« L’art de la guerre »
Le califat voulu par les États-Unis
par Manlio Dinucci
Le califat voulu par les États-Unis Damas (Syrie) | 26 mai 2015
Revenant sur les documents disponibles, Manlio Dinucci affirme que sans l’ombre d’un doute
(1) Daesh est fonctionnel à la stratégie des États-Unis au Levant
(2) la CIA arme Daesh pendant que la Coalition internationale dirigée par le Pentagone fait mine de le combattre.
Cependant, son analyse diffère de celle de Thierry Meyssan pour qui Washington a deux fers au feu et choisira au dernier moment lequel lui est le plus profitable. En effet, pour Manlio Dinucci, les États-Unis poursuivent avec détermination l’installation du chaos.
Cette différence de conclusions s’explique par le fait que le consultant Thierry Meyssan observe à la fois les opérations militaires et les tractations en cours, tandis que le géographe Manlio Dinucci se fonde exclusivement sur les rapports de force sur le (...)