Réseau Voltaire
Controverses
Articles polémiques, points de vue, prises de position personnelles n’engageant pas la rédaction du Réseau Voltaire
 
 
Christiane Taubira, députée française opposée à la loi sur le voile
« En conscience et au risque de déplaire »
par Christiane Taubira
 
Lettre ouverte de Federico Fasano Mertens
De Hitler à Bush
par Federico Fasano Mertens
De Hitler à Bush Montevideo (Uruguay) | 30 janvier 2004
Ce texte est la réponse faite par Federico Fasano Mertens, directeur du quotidien urugayen La República, à l’ambassadeur des États-Unis en Urugay qui reprochait à son journal d’avoir comparé George W. Bush à Adolf Hitler. Il ne s’agit pas, pour le journaliste, de se livrer à ce rapprochement à la seule fin de dénigrer le président états-unien. Au contraire, il met en balance le régime de Washington et le Troisième Reich sur les plans idéologique, diplomatique, économique et militaire. Federico Fasano Mertens compare aussi la prise de pouvoir des deux hommes. À la différence du dictateur allemand, George W. Bush n’a pas été démocratiquement élu, mais, comme lui, il a appuyé son pouvoir par un évènement traumatisant que l’auteur désigne comme « l’incendie du Reichstag américain (...)
 
Tribune de Damien Millet
Haïti : 200 ans après, à quand l’indépendance ?
par Damien Millet
Liège (Belgique) | 14 janvier 2004
Au moment où Haïti se retrouve sans Parlement, Damien Millet, secrétaire général en France du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde fait le point sur les différents mécanismes d’oppression du peuple haïtien depuis deux cents ans. Pendant deux siècles, la vie économique et politique du pays a été conditionnée par une dette extérieure illégitime qui engloutit ses richesses. Parallèlement, les pouvoirs autoritaires qui se sont succédés n’ont jamais cherché à affranchir le pays du service de la dette, ayant eux-mêmes été largement corrompu pour faciliter le pillage d’Haïti par les pays riches. L’auteur avance l’idée d’un audit qui détermine les responsabilités des dirigeants, et permette à Haïti d’accéder vraiment à l’indépendance.
 
 
 
 
 
 
 
Changement de régime aux États-Unis
Requiem pour la Constitution
par Al Gore
Requiem pour la Constitution 27 novembre 2003
Albert Gore, vice-président sous William Clinton, a prononcé, le 9 novembre 2003, un virulent discours contre le démantèlement méthodique des libertés individuelles aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001. Il reproche à l’administration Bush de s’éloigner dangereusement des principes de la Constitution. Dans leur histoire, les États-Unis ont connu en temps de guerre la suspension temporaire des libertés civiles, mais celles-ci étaient rétablies à l’issue du conflit. Le problème, constate-t-il, est que la guerre va durer, selon le gouvernement, « pour le restant de nos vies ». L’ancien candidat à la présidence des États-Unis s’interroge : « Quand verrons-nous cette atteinte à nos libertés mourir d’une mort naturelle, si toutefois nous pouvons espérer en être un jour témoins ? » Cette tribune est révélatrice de la mobilisation qui, aux États-Unis, s’étend maintenant à l’establishment démocrate, face à la dérive totalitaire du (...)
 
Jhannett Madriz Sotillo, présidente de la Confédération parlementaire des Amériques
La trahison de « Lula »
par Jhannett Madriz Sotillo
 
 
Ariel Sharon : « La présence musulmane qui ne cesse d'augmenter en Europe met clairement la vie des Juifs en danger » 24 novembre 2003
Dans un entretien accordé à EUpolitix.com et que nous reproduisons avec l’ autorisation du site, Ariel Sharon explique que « la présence musulmane qui ne cesse d’augmenter en Europe met clairement la vie des Juifs en danger ». « Il n’y a aucune distinction », explique le Premier ministre israélien, entre l’antisémitisme et les critiques de la politique d’Israël, car « l’État d’Israël est un État Juif ». Ariel Sharon critique les Accords de Genève : « L’unique conséquence de cette initiative sera de retarder encore la solution finale. »
Ces propos, qui constituent un appel explicite à la haine et à la discrimination, tombent manifestement sous le coup de la loi française, mais ne peuvent être poursuivis en raison de l’immunité attachée à la fonction de leur auteur. Il nous cependant est apparu indispensable d’alerter nos lecteurs sur leur gravité en les publiant (...)
 
 
Paris (France) | 17 novembre 2003
Le mouvement antimondialiste s’est fait connaître par sa lutte contre l’AMI, un accord économique que les États-Unis voulaient imposer à leurs « partenaires ». Cet accord leur aurait permis d’exploiter sans entraves les pays qu’ils ont libéré en 1945. Le mouvement a réussit à le mettre échec. Mais les négociations se poursuivent à nouveau au sein de l’Organisation mondiale du commerce. C’est dans cette enceinte que se joue, en ce moment même, l’acceptation ou non de la domination US. À l’heure actuelle, les États-Unis y rencontrent peu de résistance. Car le flou qui entoure le Forum social européen ne permet pas de poser la question essentielle, à savoir la domination impériale états-unienne dans son ensemble, à la fois idéologique et juridique, économique et militaire.
 
 
 
 
 
 
Assassinat programmé de Yasser Arafat
La stratégie du désastre
par Uri Avnery
La stratégie du désastre 16 septembre 2003
Le journaliste israélien Uri Avnery, dirigeant de Gush Shalom (Bloc de la Paix), appelle son peuple à briser le silence face à la décision du gouvernement Sharon d’assassiner Yasser Arafat. « Depuis la guerre de 1973, explique-t-il, les deux peuples ont fini par accepter l’idée d’un compromis entre les deux grands mouvements nationaux. » « L’assassinat d’Arafat, prévient l’ancien parlementaire, mettra fin à cela, peut-être à jamais. Nous en reviendrons au stade du "tout ou rien". » L’objectif du général Sharon est de créer « une situation qui obligera les Palestiniens à partir. […] Et une période d’anarchie et d’effusion de sang serait une bonne chose pour parvenir à cette fin. »
Après avoir rédigé cette tribune, Uri Avnery s’est rendu à la Muqata, la résidence du président de l’Autorité palestinienne, où il séjourne actuellement. Il a adressé un message à son compatriote, le général Sharon : « Si vous voulez tuer Arafat, vous devrez d’abord verser du sang juif. (...)
 
 
Déclaration des Patriarches et Chefs d’Églises de Jérusalem concernant le mur de séparation
par Mgr Abba Cuostos, Mgr Butros Malki, Mgr Mtanious Haddad, Mgr Riah Abu El-Assal, Mgr Swerios Malki Mourad, S. Ém. Mgr Anba Abraham, S. B. Torkom II Manougian, S. P. Giovanni Battistelli, Sa Béatitude Mgr Michel Sabbah, Sa Grâce Mgr Munib Younan
 
Extraits des questions parlementaires au Premier ministre britannique
Tony Blair violemment pris à partie à la Chambre des communes
 
Le doyen du Sénat contre l’administration Bush
La Vérité se révèlera
par Robert Byrd
30 mai 2003
Le 21 mai 2003, le doyen du Sénat des États-Unis, Robert Byrd, a prononcé un violent réquisitoire contre l’administration Bush, dont nous reproduisons le texte intégral. Devant la haute assemblée, il a dénoncé les mensonges qui ont permis à la Maison-Blanche de justifier l’attaque de l’Irak et a appelé à un réveil de l’opposition. « Nous sommes recroquevillés dans la pénombre alors que les fausses informations prolifèrent. Nous acceptons les réponses molles et les explications vacillantes car demander la vérité est soit difficile, soit impopulaire, ou peut s’avérer politiquement coûteux. [...] L’intimidation calculée à laquelle nous assistons souvent ces temps-ci, exercée par "le pouvoir en place", ne fera taire l’opposition loyale qu’un certain temps. »
 
Un discours de Tim Robbins
« Un vent d’effroi souffle sur cette nation »
par Tim Robbins
21 mai 2003
Lors d’une conférence au Club national de la presse, à Washington le 15 avril 2003, l’acteur Tim Robbins a dénoncé le climat de peur que fait régner l’administration Bush et les représailles auxquelles s’exposent les personnes qui osent s’y opposer : « Chaque jour, les ondes grouillent de messages en forme d’avertissement, de menaces implicites ou explicites, d’invectives rageuses et de haine dirigés contre les voix dissidentes. Et le public reste muré dans son opposition silencieuse et sa peur. [...] Qu’en est il de l’opposition politique dans l’antre de ceffe folie ? Où sont donc passés tous les démocrates ? [...] Je dois avouer qu’il est plutôt embarassant de vivre dans un pays ou un comédien d’un mètre cinquante cinq a plus de tripes que la plupart des politiciens. Nous avons besoin de leaders, pas de pragmatistes qui tremblent face aux zones d’influence d’anciens journalistes du divertissement. Nous avons besoins de leaders qui comprennent la Constitution, de députés qui n’abandonnent pas dans un (...)
 
 
Nouvelle démission d’un diplomate états-unien
« Le président a échoué »
par John H. Brown