Réseau Voltaire
Controverses
Articles polémiques, points de vue, prises de position personnelles n’engageant pas la rédaction du Réseau Voltaire
 
Capitalisme à doctrine variable
L’État au service des banques ou de l’intérêt général ?
par Éric Toussaint, Damien Millet
 
 
Quand le lobby pro-israélien se déchaîne contre l'ONU 24 mars 2008
De crainte de devoir rendre des comptes, Tel-Aviv a lancé une campagne internationale pour saboter la prochaine conférence des Nations Unies contre le racisme, dite « Durban II ». Dans cette optique, Nicolas Sarkozy a nommé à la fois une secrétaire d’État aux droits de l’homme et un ambassadeur itinérant. De leur côté, des intellectuels proches du CRIF ont lancé dans « Le Monde » un appel au boycott. Bruno Guigne, éminent spécialiste du Proche-Orient, leur a répondu sur le site Oumma.com, dans un article que nous reproduisons intégralement. Or, M. Guigne étant fonctionnaire astreint à l’obligation de réserve et ne s’exprimant habituellement sur Oumma.com qu’en vertu d’une tolérance de son administration mais sans autorisation écrite, a immédiatement été relevé de ses fonctions. L’ordre règne en (...)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mohamed Cherif Abbés : « le voyage de Nicolas Sarkozy en Algérie n'est qu'une visite de courtoisie » Alger (Algérie) | 28 novembre 2007
Alors que le président français, Nicolas Sarkozy, est attendu à Alger du 3 au 5 décembre, le ministre algérien des Moudjahiddines (Anciens combattants) a livré un entretien au principal quotidien national, El-Khabar. Il y démarque son gouvernement du projet français d’Union méditéranéenne, projet dont se sont également démarqués de nombreux États membres de l’Union européenne attachés au « Processus de Barcelone ». En outre, contrairement à ce qui a été indiqué dans la presse française, M. Cherif Abbès a souligné qu’il n’attendait rien de MM. Sarkozy et Kouchner, non parce que ceux-ci étaient d’origine ou de confession juive, mais parce que, à ses yeux, ils doivent leur carrière au groupe de pression de l’État d’Israël. Dès lors, il y aurait une continuité logique entre l’incapacité à reconnaître les crimes de la colonisation et les liens avec un État colonial. Nous reproduisons cet entretien indispensable à la compréhension des relations (...)