La Commission européenne engage une action de 100 millions d’euros visant à améliorer la situation à Gaza et en Cisjordanie, et à relancer l’économie palestinienne

M. Chris Patten, commissaire chargé des relations extérieures a indiqué qu’il "saluait les mesures arrêtées par Israël et l’Autorité palestinienne pour engager la mise en oeuvre de la feuille de route. Ce processus délicat doit désormais bénéficier du soutien total de la communauté internationale. Le redressement de l’économie palestinienne et la restauration des services publics de base contribueront à créer la confiance et l’attachement au processus de paix. La conjuguaison des contributions de la Commission et des États membres fait de l’Union européenne le principal pourvoyeur d’assistance aux territoires palestiniens et celle-ci continuera à assumer intégralement son rôle dans la stabilisation de la région et dans l’élaboration d’une solution à deux États".

- Pendant la durée de l’Intifada, les services publics de base de Cisjordanie et de Gaza ont été gravement endommagés, par suite notamment de l’absence d’entretien des routes, des égouts et des installations électriques, et du défaut d’enlèvement des immondices. La Commission européenne lance un programme d’urgence, doté de 30 millions d’euros, pour aider les municipalités palestiniennes à appréhender ces problèmes.

Ce programme fournira rapidement le soutien fortement souhaité dans les zones les plus durement touchées, à commencer par le nord de Gaza et Bethléem. Les travaux ont déjà commencé pour les premiers projets engagés :

- 4,5millions d’euros ont été affectés à la reconstruction des ponts, à la réparation des systèmes d’égouts et à d’autres ouvrages collectifs essentiels à Beit Hanoun, dans la partie nord de Gaza ;

- 2 millions d’euros ont été consacrés à la réparation de l’infrastructure routière à Bethléem.

Outre qu’ils amélioreront les conditions de vie, ces projets devraient créer de l’emploi et contribuer à susciter un environnement propice au redressement économique.

Les restrictions mises aux déplacements, les bouclages et d’autres entraves subies par la population palestinienne au cours de l’Intifada ont eu un effet désastreux sur l’économie palestinienne. La moitié de la population est au chômage et, pour 60%, vit en dessous du seuil de pauvreté de deux dollars par jour. La Commission européenne s’emploie activement à appréhender cette situation :

- un premier versement de 40 millions d’euros a été effectué au ministère des finances de l’Autorité palestinienne quelques semaines après la décision de lancer l’instrument d’appui aux réformes. Cet instrument permettra de régler les arriérés dus par l’Autorité palestinienne au secteur privé. Il stabilisera les finances publiques de cette dernière et, dans le même temps, imprimera un nouvel élan à l’économie de la Palestine. Un deuxième paiement de 40 millions d’euros, à effectuer dans le courant de l’année, est subordonné à la poursuite de la réforme de la gestion financière de l’Autorité palestinienne.

-  La Commission double son effort de soutien sous la forme de prêts au secteur privé, portant à 30 millions d’euros le montant total alloué au fonds de prêts d’urgence récemment créé en faveur des PME palestiniennes. Ce fonds est conçu pour garantir que les PME digèrent la crise actuelle et pour jeter les bases d’un développement économique qui doit aller de pair avec l’évolution politique en cours.

Toutes les actions évoquées s’ajoutent au soutien alloué de longue date par la Commission aux réformes engagées par l’Autorité palestinienne dans le domaine des finances publiques, de la primauté du droit ou des élections, ainsi qu’à l’aide à l’UNRWA et à l’assistance humanitaire. L’UNRWA propose des services d’éducation, de santé et de secours ainsi que des actions sociales en faveur des réfugiés palestiniens établis en Jordanie, au Liban, en Syrie, à Gaza et en Cisjordanie. La contribution de la Commission européenne aux activités de l’UNRWA s’élève à plus de 200 millions d’euros depuis 2000. Ce soutien humanitaire est acheminé par l’entremise de l’Office d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO). La dernière dotation d’aide humanitaire (10 millions d’euros), octroyée la semaine dernière, a été affectée au soutien aux victimes de la crise des territoires palestiniens et aux réfugiés palestiniens du Liban. Ce dernier financement porte le total de l’aide humanitaire aux victimes de la crise en cours à 107 millions d’euros depuis le début de la seconde Intifada.

Source : Commission européenne