Le Monde | 30 juillet 2003
Les États-Unis craignent des attentats à l’avion-suicide

Selon la chaîne CNN, les informations recueillies par les services de renseignement indiquent qu’Al-Qaida prépare des détournements d’avions sur des vols internationaux qui transitent par des pays cibles membres de la coalition contre l’Irak.
De nouvelles menaces d’attentats à l’avion-suicide prévus pour la fin de l’été et émanant du réseau Al-Qaida ont soudainement fait resurgir aux États-Unis le spectre du terrorisme, presque deux ans après la tragédie du 11 septembre 2001. Le département de la Sécurité intérieure (DHS) a indiqué, mardi 29 juillet, que les autorités fédérales avaient reçu des informations laissant penser qu’Al-Qaida préparait des attentats comparables à ceux de New York et Washington. « Les services de renseignement américains ont reçu des informations concernant l’intérêt soutenu d’Al-Qaida dans l’utilisation d’avions de lignes aux États-Unis et à l’étranger pour faire avancer sa cause », a indiqué le porte-parole du DHS, Gordon Johndroe.
Le département d’État a du coup lancé une nouvelle mise en garde aux Américains se trouvant à l’étranger, ajoutant les détournements d’avion à la liste des dangers pesant sur eux. « Les actions terroristes pourraient comprendre, sans s’y limiter, des attaques-suicides, des détournements, des bombardements et des enlèvements », a déclaré le département d’État. « Elles peuvent impliquer des avions de ligne. »
Selon des responsables américains cités par le quotidien Washington Post sous couvert de l’anonymat, cette menace a commencé à émerger la semaine dernière lors d’interrogatoires de membres d’Al-Qaida actuellement détenus par les Américains et dont l’identité n’a pas été révélée. La menace de tels attentats a pu être corroborée par d’autres moyens, en particulier des écoutes, précisait mardi le Washington Post. Les autorités américaines continuent à évaluer la crédibilité de cette menace, a indiqué M. Johndroe, sans en préciser la nature.

DÉTOURNEMENTS D’AVIONS

Toutefois, selon des révélations de la chaîne CNN mardi après-midi, les informations recueillies par les services de renseignement indiquent qu’Al-Qaida prépare des détournements d’avions sur des vols internationaux qui transitent par des pays cibles membres de la coalition contre l’Irak (États-Unis, Grande-Bretagne, Italie, Australie). Cette méthode permettrait aux terroristes d’opérer sans avoir à obtenir de visas pour entrer dans ces pays puisque l’avion n’y fait qu’une escale sans débarquement. Les commandos seraient formés d’équipes de cinq hommes, qui tenteraient de prendre le contrôle d’avions à l’aide d’appareils anodins (appareils photos, par exemple) transformés en armes.
Les autorités fédérales ont adressé au cours du week-end une notice d’alerte aux compagnies aériennes, aux forces de police et aux responsables locaux de la sécurité aéroportuaire. Ces nouvelles menaces ont certainement d’autant plus retenu l’attention des autorités que, par le passé, Al-Qaida a montré sa propension à s’attaquer plusieurs fois à une même cible (World Trade Center en 1993 et 2001 [1]), à utiliser un même modus operandi (attaques destructrices simultanées) et à viser en particulier le secteur économiquement sensible de l’aviation commerciale. Depuis les attentats de 2001, la sécurité dans les aéroports et dans les avions a été considérablement renforcée : inspection par des scanners à explosifs de tous les bagages de soute, renforcement des fouilles de passagers, portes de cockpit infranchissables, « policiers du ciel » en civil armés dans certains avions, etc.
Le degré national d’alerte terroriste n’a pas été relevé mais ces nouvelles menaces devraient entraîner logiquement un renforcement des mesures de sécurité dans les aéroports américains, comme par exemple davantage de fouilles de passagers et de bagages à main sélectionnés au hasard. L’administration fédérale pour la sécurité des transports (TSA) s’est refusée toutefois à fournir toute précision sur les mesures prises. « Notre rôle n’est pas de faire connaître notre réponse aux terroristes », a indiqué le porte-parole de la TSA, Robert Johnson.

Avec AFP

Les sources du Monde :
- La principale source du quotidien français est citée dès les premiers mots de l’article. Il s’agit de « révélations de la chaîne CNN ».
- Par la suite, Le Monde cite aussi son confrère états-uniens, le Washington Post.

Les sources des sources du Monde :
- CNN cite, en termes vagues, « les informations recueillies par les services de renseignement ».
- Le Washington Post évoque « des responsables américains » s’exprimant « sous couvert de l’anonymat ».

Les sources des « services de renseignement » :
- Les services de renseignement auraient obtenu des informations lors « d’interrogatoires de membres d’Al-Qaida actuellement détenus par les Américains et dont l’identité n’a pas été révélée ».
- Leurs aveux auraient été « corroboré[s] par d’autres moyens, en particulier des écoutes ».

[1] Note du Réseau Voltaire : Le procès relatif à l’attentat commis contre le World Trade Center le 26 février 1993 n’a pas établit de lien entre les exécutants et Al Qaïda. Cette question n’a même jamais été débattue en audience et est une imputation postérieure mise en scène par le cabinet de relations publiques Benador Associates.