Il y a deux ans, plus de trois mille innocents périrent lorsque la tranquillité d’une belle matinée de septembre se trouva brisée par des actes de terrorisme mus par la haine et la soif de destruction.

Ce jour-là, et par la suite, nous avons pu observer la force de notre pays, dans le courage des victimes, dans l’héroïsme des premiers secouristes qui ont sacrifié leur vie pour en sauver d’autres, dans la compassion de gens qui se sont présentés pour aider des inconnus, et dans la générosité de millions d’Américains qui ont enrichi notre pays par leurs actes de solidarité et d’altruisme. Depuis ce jour, nous avons vu la grandeur de notre pays se manifester encore dans le courage de nos soldats qui se sont battus et sacrifiés en Afghanistan, en Irak et partout dans le monde afin de sauvegarder la liberté et de prévenir de nouveaux attentats terroristes sur notre sol.

En nous souvenant du 11 septembre 2001, nous réaffirmons le serment que nous avions fait durant nos premières heures de douleur et de colère. En tant que siège et défenseur de la liberté, les Etats-Unis ne connaîtront ni fatigue, ni pause, ni défaillance dans leur lutte pour assurer la sécurité du peuple américain et l’avènement d’un monde délivré du terrorisme. Nous n’aurons de cesse que justice ne soit faite à l’encontre de nos ennemis. En cette Journée du patriotisme, nous renouvelons notre attachement à cette cause.

Par une résolution conjointe adoptée le 18 décembre 2001 (Public Law 107-89), le Congrès a autorisé le président à désigner le 11 septembre de chaque année comme "Journée du patriotisme".

C’est pourquoi je soussigné George W. Bush, président des Etats-Unis d’Amérique, désigne par la présente proclamation le 11 septembre 2003 comme Journée du patriotisme. J’invite le peuple des Etats-Unis à célébrer cette Journée par des cérémonies et des activités appropriées, notamment des services liturgiques du souvenir et des veillées aux chandelles. Je demande également aux gouverneurs des Etats-Unis et du Commonwealth de Porto-Rico, ainsi qu’à tous les responsables appropriés de tous les services du gouvernement, d’ordonner que le drapeau soit mis en berne ce jour-là. J’encourage en outre tous les Américains à faire de même et à observer un moment de silence à partir de 8 h 46 heure de Washington afin de rendre hommage à ceux qui ont perdu la vie du fait des attaques terroristes du 11 septembre 2001.

En foi de quoi j’appose ma signature au bas du présent document en ce quatrième jour de septembre de l’an de grâce deux mille trois, deux cent vingt-huitième année de l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique.

Source : Maison-Blanche