Le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, a convoqué les Likoudniks membres du cabinet chargé de la sécurité, vendredi 19 septembre 2003, pour discuter du tracé de la « clôture de sécurité », en Cisjordanie.
Une fois que les uns et les autres seront tombés d’accord sur une position claire, le directeur du ministère de la Défense, le général Amos Yaron, s’envolera pour Washington au cours du week-end afin de convaincre les États-Unis de mettre un terme à leur opposition au projet.
Aujourd’hui, trois options s’affrontent :
- la première possibilité serait de voir la clôture passer à l’est des colonies juives de Karnel Shomron, Kedumim et Ariel, soit au moins 20 kilomètres à l’est de la Ligne verte. C’est la solution la plus populaire au sein des ministres du Likoud, mais c’est aussi celle qui suscite la plus forte opposition à Washington, et qui pourrait aboutir à une réduction des garanties bancaires accordées à Tel-Aviv, menace brandie cette semaine par Colin Powell.
- la deuxième option consiste à repousser la construction de la clôture autour d’Ariel, et à laisser un espace dans le tracé entre les colonies d’Alei Zahav et d’Alkana, l’armée se déployant dans la zone où la clôture ne sera pas construite. Cette solution est un compromis élaboré par Shaul Mofaz, ministre de la Défense.
- la dernière possibilité est de construire la plus grande partie de la clôture le long de la Ligne verte et de placer de plus petites clôtures et obstacles autour des colonies juives de Cisjordanie. Le général Amos Yaron est favorable à cette dernière solution, selon Ha’aretz, tandis que selon le Jerusalem Post, il y est opposé.

Source
Ha&8217;aretz (Israel)
Quotidien de référence de la gauche intellectuelle israélienne. Propriété de la famille Schocken. Diffusé à 75 000 exemplaires.
Jerusalem Post (Israël)

« PM convenes Likud ministers to discuss separation fence », par Aluf Benn, Ha’aretz, 19 septembre 2003. « Likud ministers to decide : Ariel or US guarantees », Jerusalem Post, 19 septembre 2003.