Il y a six mois, la statue de Saddam Hussein a été jetée à bas dans le centre de Bagdad, et l’Irak a entamé son passage de la tyrannie à un gouvernement représentatif. Le but de notre coalition est d’aider le peuple irakien à avoir un pays stable, juste et prospère qui ne fait peser aucune menace sur les Etats-Unis ou sur le reste du monde. Pour atteindre notre but, nous suivons une stratégie claire.

Premièrement, les forces de la coalition en Irak pourchassent activement les terroristes et les fidèles de Saddam Hussein qui s’opposent désespérément à ce que les Irakiens jouissent de la liberté. Deuxièmement, nous sommes résolus à accroître la coopération internationale en ce qui concerne la reconstruction et la sécurité de l’Irak. Enfin, troisièmement, nous collaborons étroitement avec les responsables irakiens alors qu’ils s’apprêtent à rédiger une constitution, à mettre en place les institutions d’une société civile et à organiser un jour des élections libres.

Dans le cadre de cette stratégie, nous aidons les Irakiens à remettre en état leur économie après une longue période de corruption et de mauvaise administration. Pendant une trentaine d’années, l’économie de l’Irak a servi uniquement les intérêts de son dictateur et de son gouvernement. Saddam Hussein construisait des palais et des monuments en son honneur tandis que l’infrastructure du pays se désagrégeait. Il s’était doté d’une immense machine de guerre sans se soucier des besoins de première nécessité de la population.

Maintenant que le dictateur n’est plus au pouvoir, nous et nos partenaires au sein de la coalition aidons les Irakiens à poser les fondements d’une économie libérale. Cette semaine, l’économie irakienne parviendra à une étape importante à l’occasion de l’émission d’une nouvelle monnaie. Les nouveaux billets du dinar irakien seront ornés d’images du patrimoine historique de l’Irak et non pas du visage d’un dictateur honni. Depuis une dizaine d’années, plusieurs régions irakiennes utilisaient deux sortes de dinar, et un grand nombre de ces billets de banque étaient faux, ce qui diminuait la valeur de ceux qui étaient bons. Le nouveau dinar sera utilisé sur tout le territoire irakien, ce qui permettra d’unifier l’économie et le pays. La nouvelle monnaie comportera des caractéristiques particulières destinées à empêcher la contrefaçon.

A la suite de la Seconde Guerre mondiale, il a fallu trois ans pour émettre une nouvelle monnaie en Allemagne de l’Ouest. En Irak, il n’a fallu que six mois. La nouvelle monnaie symbolise la relance de l’économie irakienne.

L’Irak est un pays où l’esprit d’entreprise est resté vivace, et depuis la libération du pays des milliers d’entreprises ont vu le jour. Dans tous les villages du pays, on peut maintenant voir des marchés animés. Les rayons des magasins sont remplis de marchandises, qu’il s’agisse de vêtements, de linge, de climatiseurs ou d’antennes paraboliques. La liberté du commerce retourne dans une partie du monde qui a inventé les opérations de banque.

Grâce à notre aide, les Irakiens construisent les routes, les ports et les chemins de fer nécessaires au commerce. Nous contribuons à mettre en place une banque centrale irakienne indépendante. En collaboration avec le Conseil de gouvernement irakien, nous instaurons un nouveau système qui permettra aux investisseurs étrangers d’investir avec confiance des capitaux dans l’avenir irakien. En outre, nous contribuons à rétablir la production pétrolière de l’Irak qui atteint maintenant près de deux millions de barils par jour et dont les recettes profitent directement au peuple irakien.

L’Irak fait des progrès. Comme le maire de Kirkouk, M. Abdoul Rahman Moustafa, l’a dit récemment, les possibilités économiques du pays sont encore à peine exploitées. Il nous faut aider l’Irak à les exploiter davantage. La demande de crédits budgétaires que j’ai soumise au Congrès au titre de la reconstruction de ce pays prévoit le financement de projets importants dans les domaines de la santé et de la formation technique. Dans le cadre de notre stratégie, l’Irak sera doté de centres de l’emploi chargés d’aider la population à trouver des emplois. Nous avons l’intention de créer des programmes de formation informatique, d’enseignement de l’anglais et de formation technique pour aider les Irakiens à participer à part entière à l’économie mondiale. J’exhorte le Congrès à voter sous peu en faveur de ma demande de crédits budgétaires de sorte que ces travaux essentiels puissent se poursuivre.

Nous, les Américains, nous fournissons cette aide non seulement parce que nous avons bon coeur, mais aussi parce que nous avons des idées claires. Un Irak stable, démocratique et prospère ne sera plus un terrain propice au terrorisme, à la tyrannie et à l’agression. Un Irak libre sera un exemple du pouvoir de la liberté dans tout le Moyen-Orient. Les pays libres sont des pays pacifiques. En encourageant la liberté et l’espoir dans d’autres pays, nous supprimons les menaces qui pèsent directement sur le peuple américain. Ce que nous faisons en Irak renforcera notre sécurité dans les années à venir.

Traduction officielle de la Maison-Blanche