Le Groupe d’Action contre le terrorisme a tenu sa deuxième session à Paris hier le 17 novembre 2003. Y participaient les membres du G8 (France, Canada, Allemagne, Italie, Japon, Russie, Royaume Uni, Etats Unis et la Commission européenne), ainsi que l’Australie et la Suisse, qui avaient déjà été invitées à la première session du Groupe par la Présidence française.  

Il s’agit d’un groupe qui avait été créé en juin dernier par les Chefs d’Etat et de Gouvernement du G8 lors du Sommet d’Evian, dans le cadre d’un plan d’action du G8 pour renforcer la volonté politique et développer les capacités de lutte contre le terrorisme à l’échelle internationale.  

Ce Groupe travaille en étroite coopération avec le Comité du Contre Terrorisme des Nations unies, le CCT, dont le président, l’Ambassadeur Arrias qui est le représentant permanent de l’Espagne à New-York a participé à la réunion d’hier.   Les travaux du Groupe d’Action Contre le Terrorisme contribuent à améliorer l’efficacité et la coordination de l’assistance internationale en matière de lutte anti-terroriste, y compris dans sa dimension régionale, et ceci afin de dispenser cette aide d’une manière sélective et efficace dans les pays qui en ont le plus besoin, et en évitant le plus possible les redondances.  

Je rappelle qu’une première session, du Groupe avait été organisée sous la Présidence française le 2 juillet, un mois après le Sommet d’Evian. Quant à cette seconde session toujours sous présidence française, elle a été consacrée à deux sujets : d’une part les besoins des pays d’Asie du Sud Est, d’autre part l’assistance technique à la lutte contre le financement du terrorisme. Les travaux du groupe s’appuient sur des consultations tenues au niveau des représentations diplomatiques des membres du GACT dans près de 70 pays, c’est-à-dire que dans 70 pays, nos ambassades respectives se sont réunies pour se livrer à une évaluation de la situation.

Source
France (ministère des Affaires étrangères)