Nous nous heurtons à de grands défis : le terrorisme mondial, la prolifération des armes de destruction massive, la pauvreté, les maladies infectieuses et des dictateurs hostiles qui oppriment leur peuple et qui compromettent la paix. Nous et nos alliés des pays démocratiques avons l’obligation particulière d’agir et de mobiliser les institutions internationales afin de relever ces défis et de créer un monde plus sûr, plus juste et plus prospère.

[...]

Nous exhortons tous les pays à s’unir dans un but commun, d’oublier leurs désaccords temporaires et de reconnaître notre obligation d’oeuvrer en faveur du bien commun dans le monde. Nos tâches sont de grande ampleur, mais nos moyens le sont aussi lorsque nous oeuvrons de concert.

Un multilatéralisme efficace, et non l’unilatéralisme ou la paralysie internationale, guidera notre action. Nous devons :

- Faire des efforts pour encourager la liberté dans les pays du grand Moyen-Orient. Nous avons une vision de cette partie du monde progressant vers la paix en passant par le stade la liberté. Nous ne pouvons pas sacrifier notre attachement à la démocratie pour acheter la sécurité, car dans ce cas-là nous n’aurons ni l’un ni l’autre. Nous saluons ceux qui dans la région s’emploient à promouvoir les droits de l’homme et la liberté économique, à lutter contre la corruption et à encourager l’égalité de tous devant la loi. [...]

Nous réaffirmons notre engagement en faveur de la vision de paix entre deux Etats - Israël et la Palestine - vivant côte à côte dans la paix et la sécurité. La Feuille de route menant à la paix demeure le moyen de concrétiser cette vision, et nous demandons à toutes les parties de s’acquitter des obligations qui en découlent, notamment d’agir avec efficacité pour mettre un terme au terrorisme et de s’abstenir de prendre des mesures susceptibles d’empêcher les conditions d’un règlement définitif ou d’en préjuger. [...]

- Poursuivre la lutte contre le terrorisme international. Nous finirons ce que nous avons commencé. Les terroristes ne doivent trouver aucun refuge, ni dans les montagnes de l’Afghanistan ou en Irak, ni en se cachant dans les villes de l’Europe et des Etats-Unis, ni en se faisant passer pour des guérilleros ou pour des oeuvres de bienfaisance. [...]

- Renforcer les efforts mondiaux contre la prolifération des armes de destruction massive. Nous devons accroître les capacités internationales pour s’attaquer efficacement à cette menace et nous le ferons. Nous redoublerons nos efforts pour contrecarrer les programmes nucléaires dangereux tant de l’Iran que de la Corée du Nord. [...]

- Promouvoir la santé de la population dans le monde. La lutte contre la pandémie mondiale de sida exige des efforts, une coordination et des ressources d’une manière soutenue au niveau international. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni oeuvreront de concert pour renforcer les efforts dans les domaines de la prévention, du traitement, des soins et du soutien en commençant par cinq pays africains. En vue de faciliter cette coopération, nous créerons un groupe de travail sur le sida, qui axera ses travaux sur nos efforts nationaux et qui fera aussi appel à d’autres pays. Nous adopterons une ligne d’action globale pour accroître la prévention, les soins et le traitement, notamment en élargissant l’accès à des médicaments non toxiques et efficaces, en améliorant les prestations médicales et en formant des agents sanitaires. Nous partageons le même engagement en faveur de l’accroissement rapide des moyens de traitement contre le VIH dans les pays les plus touchés, de la réduction du taux de contamination ainsi que de l’élaboration de programmes destinés à fournir des soins et un soutien aux séropositifs et aux personnes touchées par le VIH et le sida, notamment les orphelins et les enfants qui sont vulnérables. Nous demandons à d’autres pays de se joindre à nous pour atteindre l’objectif fixé par le G8 en ce qui concerne l’éradication de la poliomyélite en 2005.

- Soutenir le développement de l’Afrique. Nous réaffirmons notre soutien à l’Afrique et au NEPAD dans le cadre du plan d’action du G8 pour l’Afrique. Nous sommes convenus d’œuvrer en faveur de la création de mécanismes africains efficaces pour prévenir les conflits et pour administrer les opérations de maintien de la paix ; de continuer d’encourager au Zimbabwe le rétablissement d’institutions démocratiques responsables et de l’Etat de droit ; enfin, de soutenir le rétablissement de la paix au Liberia et en Sierra Leone. Nous nous acquitterons des engagements que nous avons pris à Monterrey et dans le cadre du plan d’action pour l’Afrique en vue d’améliorer l’efficacité de notre aide au développement. Nous nous félicitons du lancement du Forum pour le partenariat avec l’Afrique destiné à accroître le soutien de la communauté internationale au développement du continent africain. La mise en place des fondements de réussite de l’Afrique est notre but commun, et nous nous engageons à soutenir les efforts de ce forum. Nous agirons au niveau bilatéral et multilatéral pour améliorer les possibilités d’échanges commerciaux avec l’Afrique.

- Promouvoir le libre-échange. Nous sommes résolus à favoriser un système commercial mondial qui soit libre, équitable et multilatéral. Reconnaissant que la conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Cancun a constitué une occasion manquée, nous réaffirmons notre attachement à l’aboutissement du programme de développement de l’OMC adopté à Doha. Nous oeuvrerons de concert avec nos partenaires de la communauté internationale pour mener à bien le cycle de négociations qui profitera aux pays tant industriels qu’en développement. Nous préconisons la reprise des négociations et encourageons toutes les parties à contribuer d’une manière sérieuse et importante à ces négociations qui revêtent de l’importance.

- Accroître la coopération technique en matière d’énergie non polluante. Nous réunirons nos forces scientifiques et techniques afin d’accélérer la mise au point de techniques pratiques et rentables en ce qui concerne la production et l’utilisation d’énergie non polluante.

[...]

Bureau des programmes d’information internationale du département d’État des États-Unis.