L’émissaire états-unien au Proche-Orient, William Burns, a clairement indiqué, au cours des entretiens qu’il a eus avec les dirigeants israéliens, dimanche 30 novembre 2003, que, du point de vue états-unien, la Feuille de route était le seul moyen de faire avancer le processus de paix.
William Burns, qui est arrivé en Jordanie, samedi 29, pour y rencontrer le Premier ministre palestinien, Ahmed Qureih, a rencontré dimanche le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, ainsi que son ministre des Affaires étrangères, Silvan Shalom, et le ministre de la Justice, Yosef Lapid.
« Nous continuerons à travailler avec le gouvernement israélien, comme nous le faisons avec les Palestiniens, afin qu’il remplisse ses obligations, et cela inclue la question du démantèlement des avant-postes non-autorisés », a déclaré l’émissaire états-unien. La question des avant-postes, ainsi que la construction de la « clôture de sécurité » et les appels de Washington pour qu’Israël améliore la situation humanitaire des Palestiniens dans les territoires occupés, ont été des thèmes récurrents des discussions entre William Burns et ses interlocuteurs israéliens.
Après avoir rencontré Silvan Shalom, il a ainsi pu déclarer que les États-Unis avaient identifier « un moment opportun en ce moment concernant la Feuille de route ».
Pour le ministre des Affaires étrangères israélien, l’émissaire états-unien n’est pas venu à Jérusalem avec un « emploi du temps détaillé pour le processus de paix. Il n’y a aucun doute que les États-Unis aimeraient voir les discussions reprendre dès que possible. Les Palestiniens comprennent que nous parlons d’une petite fenêtre d’opportunité ».
Le directeur de cabinet d’Ariel Sharon, Dov Weisglass, a rencontré dimanche son homologue palestinien, Hassan Abu Libdeh, afin de discuter d’une éventuelle rencontre entre les deux Premiers ministres. Le ministre des Négociations palestinien, Saeb Erekat, était également présent, ainsi que Shalom Tourgeman, le conseiller en politique étrangère d’Ariel Sharon. D’après un communiqué de l’équipe du Premier ministre israélien, les échanges ont eu lieu dans une « atmosphère positive » et les deux parties ont accepté de se rencontrer à nouveau « bientôt » pour rediscuter de cette rencontre au sommet.
Saeb Erekat a indiqué au Jerusalem Post qu’il avait fait part à Dov Weisglass des efforts menés par l’Autorité palestinienne pour parvenir à un cessez-le-feu avec les factions militantes armées palestiniennes, tout en demandant à Israël de se conformer à la Feuille de route, « ce qui inclut le gel de toutes les activités de colonisation, y compris la croissance naturelle ».
Le Premier ministre palestinien, Ahmed Qureih, a indiqué récemment qu’il souhaitait que la contruction du mur de séparation soit suspendue avant toute rencontre avec Ariel Sharon. Ce dernier a répondu qu’il n’accepterait aucune condition préalable à cette rencontre.

Source
Jerusalem Post (Israël)

« Mofaz, Burns affirm commitment to ’road map’ », par Herb Keinon, Jerusalem Post, 1er décembre 2003.