La réduction de la dette est un élément essentiel pour permettre au peuple irakien de construire un Irak libre et prospère. Pour cette raison, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis conviennent qu’une réduction substantielle de la dette irakienne devrait intervenir au sein du Club de Paris en 2004, et travailleront étroitement entre eux et avec d’autres pays pour atteindre cet objectif. Le pourcentage exact de réduction de la dette qui constituerait une réduction "substantielle" de dette doit faire l’objet d’un accord ultérieur entre les parties.