Encouragé par le retrait israélien, des milliers de Palestiniens se sont attaqués aux anciennes colonies israéliennes, les dévastant et les brûlant dans une frénésie de haine et de destruction. Parmi ceux qui dirigeaient la charge, il y avait Mahmoud Abbas lui même. Il a présenté les synagogues comme des « structures vides » et il a donc conclu qu’elles seraient détruites. Les policiers palestiniens ont laissé faire les émeutiers et l’Autorité palestinienne a même aidé aux destructions en envoyant un bulldozer.
Ce n’est pas la première fois que l’armée israélienne laisse faire une foule palestinienne qui détruit un lieu sacré pour les juifs. Souvenez-vous de ce que fit la foule le 7 octobre 2000 sur la tombe de Joseph après qu’Israël ait évacué le territoire où elle se trouvait. Ce jour là, les Palestiniens découvrirent que la violence payait et qu’ils pouvaient détruire des sites historiques juifs sans craindre de vengeance d’Israël. Le mont du temple [1] à Jérusalem subit régulièrement des actes de désacralisation par les Palestiniens. Nos dirigeants ont eu le tort de laisser faire et les Palestiniens estiment qu’ils peuvent rester impunis quand ils vandalisent les lieux saints juifs.
En agissant ainsi, les dirigeants de l’Autorité palestinienne ont montré qu’on ne pouvait pas leur faire confiance. Voilà pourquoi il faut reprendre le contrôle de la tombe de Joseph, du Mont du Temple et le Caveau des patriarches à Hébron. Ces trois lieux symbolisent nos liens avec cette terre et nous ne pouvons pas les laisser se faire détruire.

Source
Jerusalem Post (Israël)

« Take back the holy sites », par Michael Freund, Jerusalem Post, 14 septembre 2005.

[1] nom que les Israéliens donne à l’esplanade des mosquées