Les émeutes causées par de jeunes Musulmans depuis le 27 octobre en France aux cris de « Allahou Akbar » pourraient marquer un tournant dans l’histoire de l’Europe. Les émeutes commencées en région parisienne s’étendent désormais dans 300 villes françaises, en Belgique et en Allemagne. C’est la fin de l’innocence culturelle de la France, ce pays découvrent les problèmes liés à la présence musulmane et cette préoccupation va sans doute durer des décennies. Ces problèmes sont le déclin de la foi chrétienne et l’effondrement démographique qui l’accompagne, l’assistanat qui attirent les immigrants tout en nuisant à l’économie, l’abandon des coutumes au profit du multiculturalisme, une incapacité à contrôler les frontières, une criminalité rendant les villes d’Europe moins sures que celles des États-Unis et une poussée de l’islam et de l’islam radical.
Ce ne sont pas les premières émeutes liées à la présence musulmane (en France cela a commencé en 1979 [1]) mais ces évènements diffèrent des autres par leur durée, leur ampleur, leur planification et leur férocité. Toutefois, les médias français préfèrent voir des raisons sociales et nient tout lien avec la propagation de l’idéologie islamiste. Les musulmans autochtones du nord-ouest de l’Europe ont déployé trois différentes formes de djihad : le terrorisme en Grande-Bretagne, l’assassinat ciblé au Pays-Bas et l’émeute en France. La première tentative britannique ayant été jugée improductive, c’est sans doute les méthodes française et néerlandaise qui se développeront.
Nicolas Sarkozy a adopté une ligne dure face aux violences tandis que Dominique de Villepin a été plus conciliant. Les Français peuvent réagir de trois manières. Ils peuvent se sentir coupables et tenter d’apaiser les émeutiers en octroyant des prérogatives et les investissements massifs que certains réclament, attendre que cela se passe et nier le problème ou bien réparer l’indulgence coupable des dernières décennies. Malgré la montée de Nicolas Sarkozy dans les sondages, je redoute que ce soit un mélange des deux premières méthodes qui soient appliqués par Dominique de Villepin.

Source
Jerusalem Post (Israël)
New York Sun (États-Unis)
Korea Herald (Corée du Sud)

« Reflections on the Revolution in France », par Daniel Pipes, New York Sun, 8 novembre 2005.
« Reflections on the revolt in France », Korea Herald, 9 novembre 2005.
« France : The context », Jerusalem Post, 9 novembre 2005.

[1] Note : Ce choix de date n’est pas anodin, Daniel Pipes considère en effet que la Quatrième Guerre mondiale opposant l’Occident à l’Islam a commencé en 1979 avec la révolution iranienne.