L’aide fournie par la Commission européenne aux partenaires méditerranéens dépassera les 850 millions d’euros en 2005. La majeure partie de cette aide sera fournie dans le cadre du programme MEDA. Ce dispositif d’aide témoigne de la volonté continue de l’UE de contribuer au développement de la région et vient s’ajouter aux prêts qui sont accordés chaque année pour environ 2 milliards d’euros.

La commissaire en charge des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage, Mme Benita Ferrero-Waldner, a déclaré que « nulle part dans le monde l’aide de l’UE n’atteignait un tel niveau ! L’aide que nous apportons à nos partenaires méditerranéens est très conséquente et souligne l’importance que nous attachons à nos relations avec ces voisins de l’UE. Environ la moitié de l’aide est destinée à soutenir les programmes cruciaux de réforme visant à promouvoir une meilleure gouvernance et une plus grande prospérité. Nous parvenons maintenant à fournir cette aide plus efficacement que jamais et plus rapidement que dans n’importe quelle autre région de la planète. »

Voici les points essentiels du soutien que la Commission aura apporté aux pays méditerranéens en 2005 :

Algérie, 40 millions d’euros

L’aide fournie en 2005 porte sur le développement du secteur de l’eau (20 millions d’euros) et sur la modernisation de la police des frontières (10 millions d’euros). Dans le prolongement de la réussite d’un projet précédent, il a été convenu d’apporter un nouveau soutien à la société civile (10 millions d’euros) en finançant plus de 150 projets proposés par des ONG locales.

Égypte, 110 millions d’euros

L’Égypte reste l’un des principaux bénéficiaires du programme MEDA, dans le cadre duquel elle aura reçu 110 millions d’euros en 2005, pour un total de 463 millions d’euros depuis l’année 2000. L’aide apportée en 2005 aura essentiellement profité au secteur de l’eau, qui a reçu 80 millions d’euros pour son programme de réforme. Il s’agit de soutenir la réforme institutionnelle et légale d’un secteur essentiel pour le développement futur du pays. Parallèlement, 25 millions d’euros ont été dégagés pour la mise en œuvre de l’accord d’association signé entre l’Égypte et l’Union afin de renforcer les capacités institutionnelles de l’administration égyptienne à traiter de tous les aspects de l’accord d’association UE-Égypte.

Jordanie, 58 millions d’euros

Les efforts fournis par la Jordanie en vue de rendre son secteur privé plus concurrentiel bénéficient d’une « facilité pour la réforme du secteur » de 40 millions d’euros dans le cadre du programme MEDA, lequel prévoit des mesures concrètes destinées à renforcer le secteur privé et la capacité du gouvernement à fournir des services en faveur du commerce et des investissements. La Jordanie recevra également 15 millions d’euros de soutien à la mise en œuvre de l’accord d’association UE-Jordanie. Enfin, les réformes en matière de gouvernance bénéficieront de 3 millions d’euros destinés à promouvoir les droits de l’homme, la liberté de la presse et le développement de la société civile.

Liban, 27 millions d’euros

Au moment où le Liban entre dans une phase cruciale à la suite des élections de juin 2005, la Commission a accordé 14 millions d’euros pour aider le gouvernement à définir et à mettre en œuvre ses réformes prioritaires. Une partie de cette aide est destinée au renforcement de la démocratie locale. Les programmes d’aide de 2005 portent également sur le soutien à la société civile (3 millions d’euros), l’amélioration de la gestion du secteur de l’eau (5 millions d’euros) et la formation professionnelle afin d’améliorer le fonctionnement du marché du travail (5 millions d’euros).

Maroc, 135 millions d’euros

La majeure partie de l’aide apportée au Maroc en 2005 (90 millions d’euros) est destinée à lutter contre la précarité des logements. Cette aide vient s’ajouter à un prêt accordé par la BEI. Un financement de départ de 15 millions d’euros doit permettre de poursuivre le développement de la province du Nord et l’amélioration de ses routes rurales. Une aide de 15 millions d’euros permettra quant à elle de continuer la mise en œuvre de l’accord d’association UE-Maroc ; 5 millions d’euros supplémentaires seront consacrés au soutien des associations professionnelles et 2 millions d’euros à la formation en vue du développement d’une stratégie nationale en matière de démocratie et de droits de l’homme, qui constituent une priorité pour l’UE.

Syrie, 22 millions d’euros

Après la réussite du programme relatif au centre d’affaires syro-européen, la prochaine étape de la coopération entre l’UE et la Syrie dans ce domaine essentiel est la création d’une institution nationale de soutien aux PME (petites et moyennes entreprises). Le nouveau projet MEDA fournira de l’aide à une nouvelle association à but non lucratif qui contribuera au développement du secteur des PME (15 millions d’euros). Un nouveau programme de développement de la société civile (2 millions d’euros) devrait quant à lui favoriser l’émergence d’un climat propice au renforcement du rôle de la société civile.

Tunisie, 118 millions d’euros

Avec un montant de 118 millions d’euros, la Tunisie est l’un des principaux bénéficiaires du programme MEDA en 2005. L’amélioration de l’environnement commercial, la réforme du secteur financier et la consolidation du cadre macroéconomique constituent les trois volets d’un nouveau programme commun conclu avec la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. MEDA contribuera à ce programme à hauteur de 78 millions d’euros. L’enseignement reste une priorité dans la coopération entre l’UE et la Tunisie.

Après le succès de programmes de coopération UE-Tunisie dans les domaines de l’enseignement élémentaire et supérieur et de la formation professionnelle, la coopération est à présent étendue à l’enseignement secondaire (30 millions d’euros). Le nouveau programme de réforme du secteur devrait améliorer et moderniser le système de l’enseignement secondaire en Tunisie. Le programme portera également sur l’introduction des technologies de l’information et de la communication.

Cisjordanie et bande de Gaza, 121 millions d’euros

Comme au cours des années précédentes, la Cisjordanie et la bande de Gaza bénéficient d’une aide conséquente de l’UE. Dans le cadre du programme MEDA 2005, un montant de 70 millions d’euros a été accordé au fonds fiduciaire de la Banque mondiale pour la réforme de la gestion des finances publiques. La région bénéficie également de 50,75 millions d’euros supplémentaires sur la ligne budgétaire du processus de paix. Afin de répondre aux besoins urgents en termes d’infrastructure à la suite du retrait de Gaza, il a été décidé de fournir un soutien financier de 40,55 millions d’euros. Différentes initiatives en matière de santé, d’éducation et de culture bénéficieront également d’une aide de 9 millions d’euros.

Il convient en outre de souligner que la Commission fournit une aide d’urgence et une aide alimentaire et humanitaire à la région en passant par différents canaux (ECHO, UNWRA, ONG). Le montant total de cette aide s’élève à quelque 120 millions d’euros pour 2005.

Coopération régionale, 116 millions d’euros

Cette année encore, les initiatives régionales MEDA constitueront une priorité en matière de coopération. Un programme régional clé en 2005 consistera à contribuer à hauteur de 60 millions d’euros au mécanisme de capital à risque de la BEI. Ce mécanisme permet à la BEI de participer au développement de marchés financiers dans les pays partenaires de la Méditerranée. Ce montant s’ajoute aux 25 millions d’euros engagés en faveur de l’assistance technique dans le cadre de la facilité euroméditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP).

D’autres projets importants s’inscrivant dans la stratégie régionale pour 2005 concernent un soutien de 5 millions d’euros à la Fondation Anna Lindh, une contribution de 5 millions d’euros au programme Euro-Med Jeunesse, une nouvelle contribution de 10 millions d’euros en faveur de projets relatifs au processus de paix au Proche-Orient et le soutien à différentes nouvelles initiatives en matière de voisinage, comme la promotion d’un espace aérien Euro-Med (5 millions d’euros), un office des transports commun Israël-Palestine (2 millions d’euros), un projet de promotion de la coopération entre les autorités locales sur les deux rives de la Méditerranée (MED-PACT, 5 millions d’euros) et un nouveau programme transfrontalier (9,4 millions d’euros). Enfin, le soutien apporté au programme Tempus se poursuivra dans le cadre du programme de coopération régionale du MEDA pour 2005, à concurrence de 12 millions d’euros.

Informations générales

Depuis 1995, l’Union européenne fournit de l’aide aux pays méditerranéens dans le cadre du programme MEDA. Entre 1995 et 2006, les subventions accordées représentent quelque 9 milliards d’euros. Parallèlement, la BEI a accordé des prêts aux pays de la région pour un montant total de 11 milliards d’euros. Pour de plus amples informations, consultez le site :

http://europa.eu.int/comm/europeaid...

Réf : IP/05/1464