Les pays du partenariat euro-méditerranéen, guidés par les principes et les objectifs de la déclaration de Barcelone, sont unis dans la lutte contre le terrorisme. La menace que le terrorisme représente pour la vie de nos concitoyens demeure sérieuse et les attentats terroristes mettent gravement en péril la jouissance des droits de l’homme. Nous demeurons résolus à renforcer notre coopération et notre coordination pour faire face à ce défi mondial. Aujourd’hui, nous réaffirmons notre condamnation absolue du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations et notre détermination à l’éradiquer et à combattre ses commanditaires.

Nous avons fourni des efforts considérables et remporté de notables succès dans notre lutte contre le terrorisme. Nous devons continuer à empêcher les terroristes de se procurer de l’argent et des armes, à entraver leurs plans et désorganiser leurs réseaux et à les traduire en justice, grâce à une coopération internationale accrue. Notre réaction doit rester proportionnée et solidement ancrée dans des cadres juridiques internationaux et nationaux afin de garantir que les droits de l’homme et les libertés fondamentales sont respectés. Nous ne devons pas mettre en péril les valeurs démocratiques auxquelles nous sommes attachés.

Nous confirmons ce qui suit :

• nous mettrons en oeuvre intégralement toutes les résolutions du Conseil de sécurité portant sur la question du terrorisme, en veillant au respect de la Charte des Nations unies, du droit international et du droit humanitaire international,

• nous nous efforcerons d’aboutir à la ratification et à la mise en oeuvre des 13 conventions des Nations unies sur la lutte contre le terrorisme ;

• nous nous féliciterons des travaux entrepris pour élaborer la stratégie du Secrétaire général des Nations unies en matière de lutte contre le terrorisme et nous coopérerons avec les organes des Nations unies chargés de la lutte contre le terrorisme ;

• nous encouragerons la mise en oeuvre intégrale des normes établies par le Groupe d’action financière sur le blanchiment des capitaux ;

• sur la base du volontariat, nous échangerons des informations sur les terroristes et leurs réseaux de soutien, conformément au droit international et national ;

• nous oeuvrerons sur le plan bilatéral et conformément à nos législations nationales en vue de développer une coopération efficace et opérationnelle dans le but de désorganiser les réseaux et traduire en justice les individus coupables d’actes terroristes ;

• nous refuserons d’accorder le droit d’asile aux terroristes et les empêcherons, conformément au droit international, de trouver un endroit où ils puissent se réfugier ;

• nous mettrons en commun, sur la base du volontariat, nos compétences et nos meilleures pratiques en matière de lutte contre le terrorisme, notamment au moyen d’une assistance technique ;

• nous veillerons au respect des droits de l’homme dans le lutte contre le terrorisme, conformément au droit international ;

• nous étudierons la possibilité de réunir une conférence de haut niveau sous les auspices des Nations unies en vue d’élaborer une riposte internationale au terrorisme sous tous ses aspects et manifestations, à la suite d’un accord sur une convention globale contre le terrorisme international.

Le terrorisme ne peut jamais être justifié. À long terme, si nous voulons que les institutions internationales et les gouvernements soient en mesure de mettre un terme au terrorisme, nous devons nous attaquer à toutes ses causes. Nous sommes conscients des liens existant entre la paix, la sécurité, le développement social et économique et les droits de l’homme. Nous continuerons à tout mettre en oeuvre pour résoudre les conflits, mettre fin aux occupations, faire face à l’oppression, réduire la pauvreté, promouvoir la bonne gestion des affaires publiques et les droits de l’homme, améliorer la compréhension interculturelle et garantir le respect de toutes les religions. Ces initiatives répondent aux intérêts de tous les peuples de la région Euromed et sont dirigées contre ceux des terroristes et de leurs réseaux.

Nous confirmons ce qui suit :

• nous condamnerons sans réserve le terrorisme dans toutes ses manifestations ;

• nous rejetterons toute tentative d’association du terrorisme à une nation, une culture ou une religion ;

• nous interdirons et préviendrons l’incitation à commettre des actes terroristes, grâce à l’adoption de mesures appropriées et en conformité avec le droit international et la législation nationale de chaque pays ;

• nous mettrons en oeuvre les engagements auxquels nous avons souscrit dans notre programme de travail en matière de sécurité et de développement ;

• nous oeuvrerons de concert en vue de conclure la Convention globale contre le terrorisme international, comprenant notamment une définition juridique du terrorisme, avant la fin de la 60ème session de l’Assemblée générale des Nations unies ;

• nous encouragerons la modération, la tolérance, le dialogue et la compréhension dans nos sociétés ;

• nous coordonnerons nos travaux en vue d’identifier les facteurs qui contribuent à la menace terroriste et échangerons nos expériences et nos compétences sur les moyens d’y faire face.

Nous devons réduire la menace terroriste, mais nous devons également nous rendre moins vulnérables aux attentats en protégeant nos concitoyens. Nous avons pris des mesures considérables pour améliorer la sécurité au cours de ces dernières années, notamment en sécurisant l’aviation. Nous réaliserons également de nouveaux efforts dans le domaine de la sécurité maritime.

Nous devons également nous préparer à atténuer les conséquences des attentats. Nous avons mené des exercices en prévision de pareille éventualité et nous nous y sommes préparés. Nous échangerons les enseignements tirés des attentats précédents et fournirons, le cas échéant, une assistance de nature technique ou autre.

Nous confirmons ce qui suit :

• nous renforcerons nos mécanismes nationaux et collectifs pour faire face aux séquelles des attentats terroristes ;

• nous mettrons en commun l’expérience que nous avons acquise dans la gestion des attentats terroristes et établirons le cas échéant les contacts nécessaires ;

• nous examinerons la possibilité de nous inviter les uns les autres à participer à nos exercices d’alerte ou à les observer ;

• nous aiderons les victimes du terrorisme et prêterons assistance aux autorités compétentes pour faire face aux conséquences d’un attentat de grande ampleur.

Réf : 15075/05 (Presse 328)