Réseau Voltaire

« Des faits très inopportuns »

+

La crédibilité de Richard Clarke, l’ancien responsable de la lutte antiterroriste sous Bill Clinton est en train de s’effondrer au fur et à mesure que ses erreurs et omissions sont révélées. Je peux personnellement rajouter une erreur à la liste qu’on lui impute : la croyance de Clarke dans le fait que le terrorisme islamique n’est que le fait d’un petit nombre d’individus, sans soutien étatique. Des années de recherches m’ont convaincue que des États soutiennent le terrorisme et ce fut notamment le cas de l’Irak de Saddam Hussein.
Clarke est un homme intolérant vis-à-vis de ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. Quand il voit qu’il ne peut gagner dans un débat, il triche sur les faits. Ainsi, il affirme que les liens entre Ramzi Youssef, responsable de l’attentat de 1993 contre le World Trade Center, et l’Irak sont peu crédibles alors que les preuves de ces liens ont impressionné Richard Perle, ancien président du Defense Policy Board du Pentagone et James Woolsey, ancien directeur de la CIA [1].
Ainsi, Ramzi Youssef est entré aux États-Unis avec un passeport irakien en 1992, mais Clarke affirme qu’il est entré sans passeport. Le seul responsable des attentats encore en fuite, Abdul Rahman Yassin, est irakien et a fuit en Irak où le régime lui a offert une maison, mais Clarke affirme qu’il a été en réalité emprisonné en Irak. Sur les sept hommes inculpés pour ces attentats, deux avaient des connections irakiennes, mais Clarke affirme que douze homme ont été inculpés pour diminuer la proportion. Alors que la justice ignore le vrai nom de « Ramzi Youssef », Clarke affirme dans son livre qu’il s’agit d’un pakistanais élevé au Koweit du nom d’Abdul Basit. En réalité, Abdul Basit Karim est une vraie personne dont l’identité a été usurpée par « Ramzi Youssef » grâce à une falsification des papiers koweïtiens effectuée par les autorités irakiennes pendant l’occupation. Le cerveau de l’opération, Khalid Sheikh Mohammed, est une autre identité fabriquée par le même procédé selon les services de renseignement israéliens.
M. Clarke fait preuve du même aveuglement que Bill Clinton sur les liens d’Al Qaïda avec l’Irak.

Source
Wall Street Journal (États-Unis)

« Very Awkward Facts », par Laurie Mylroie, Wall Street Journal, 3 avril 2004.

[1] Richard Perle et James Woolsey sont, en outre, experts du cabinet de relations publiques Benador Associates, comme l’auteur de ce texte

Laurie Mylroie

Laurie Mylroie Laurie Mylroie est experte du cabinet de relations publiques Benador Associates et l’auteur de The War Against America : Saddam Hussein and the World Trade Center Attacks, A Study of Revenge. Elle a été la conseillère de Bill Clinton sur la question irakienne lors de sa campagne électorale de 1992.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.