Réseau Voltaire

« Un gangster à la tête de la Bolivie »

+

Comme vous avez pu l’apprendre en écoutant les cris de joie de la presse, un autre gangster gauchiste s’est emparé de la présidence d’un pays d’Amérique du Sud. Et ce gangster risque bien d’être responsable de la chute de son pays, la Bolivie. Evo Morales, socialiste extrémiste et planteur de coca est un autre de ces leaders grande gueule que la presse majoritairement gauchisante de notre pays aime tant. Ces attaques verbales contre le Président George W. Bush mettent les journalistes américains en extase. Cela fait penser au dicton : « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ».
Comme la majorité des politiciens communistes, Morales a consacré la plus grande partie de sa campagne électorale a cogner sur l’Amérique, le capitalisme et le Président Bush. Mis à part sa promesse électorale de légaliser la culture de la coca, il n’a pas proposé grand chose pour améliorer la vie de ses électeurs dans la misère. Lors de sa campagne, il a déclaré à des journalistes américains : « Si les USA veulent obtenir des relations diplomatiques, elles devront être établies sur une base d’égalité. Nos rapports ne peuvent pas être des rapports de soumission ».
Si la Maison-Blanche hésitera peut être avant d’inviter un gangster comme Morales, d’autres aux États-Unis n’ont pas ces pudeurs et seront ravis de l’accueillir et d’écouter ses tirades contre un président qu’ils détestent plus que Saddam Hussein. Aux dires de Morales, il a reçu une invitation de l’université d’Harvard. Cela vous étonne ? Harvard est une université qui milite pour que les recruteurs de l’armée de notre pays soient interdits de venir sur le campus mais qui invite chaleureusement des gangsters socialistes.
Aux dires des experts de la sécurité nationale, la victoire électorale de Morales va accélérer encore la déstabilisation du continent sud-américain. En tant que planteur de coca, il est l’allié naturel des cartels de la drogue et des trafiquants en Bolivie et dans les pays voisins. Alors que la cocaïne tirée de la coca bolivienne est envoyée aux États-Unis et en Europe occidentale, certains Boliviens, craignent qu’avec un président bolivien planteur de coca, leur pays devienne la plate-forme centrale du trafic de cocaïne.
Si la politique de Morales devait conduire à une augmentation du trafic de cocaïne dans les rues des États-Unis, alors son régime sera considéré, à juste titre, par nous comme une menace pour notre sécurité nationale. Et toute la rhétorique de Morales ne peut masquer le fait que l’armée bolivienne est une farce, même si on la mesure à l’aune de l’armée française. Et contrairement à son camarade au Venezuela qui a les poches pleines de pétrole, la Bolivie n’a rien que les Américains voudraient ou dont ils auraient besoin - sauf bien sûr les drogués et la faune d’Hollywood qui aime bien se poudrer le nez.

Source
Free Republic (États-Unis)
MenNews Daily (États-Unis)

« A Bolivian Thug Becomes President », par Jim Kouri, MenNews Daily, 18 décembre 2005.
« Bolivian Thug Becomes President », Free Republic, 18 décembre 2005.

Jim Kouri

Jim Kouri Jim Kouri est le vice-président de la National Association of Chiefs of Police et ancien commissaire de police à New York. Il est conseiller en sécurité et anti-terrorisme pour plusieurs organisations et entreprises ainsi que pour des médias conservateurs, dont Fox News. Bien que politiquement proche des libertariens, il se distingue d’eux par une vision ultra sécuritaire et la défense systématique d’un État policier comme unique moyen de prévenir le crime et le terrorisme. Durant les années 1980 son principal ennemi était les « baron de la drogue » (Tom Clancy s’est inspiré du personnage pour ses romans) alors que, depuis le 11 septembre 2001, il a recentré son analyse en faveur de la « guerre globale contre le terrorisme » et de l’action militaire contre les « ennemis de l’Amérique ». Il est partisan d’un fichage généralisé de la population et d’un libre accès par la police à toutes les données.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.