Réseau Voltaire

« Ne pas entendre ce qui va mal, ne pas lire ce qui va mal, raconter des sornettes »

+

Le 21 avril 1961, Le président Kennedy affirmait qu’il était responsable de l’échec de la Baie des cochons compte tenu de ses fonctions. Le 14 avril 2004, George W. Bush a nié toute responsabilité dans les erreurs qui ont permis le 11 septembre. Sa conférence de presse a été le point culminant de ses efforts pour nier une responsabilité mise en lumière par les auditions de la Commission d’enquête sur 11 septembre.
Bush a tenté de dissiper les accusations en affirmant que le mémo qu’il a reçu le 6 août le prévenant d’une menace terroriste était trop flou pour lui permettre d’agir alors que ce texte cite le World Trade Center et Washington comme des cibles potentielles. En réalité, Bush, contrairement à Clinton, ne lit pas ces mémos, il s’en fait lire un résumé par George Tenet quotidiennement. Bush ne lit pas. Il n’a pas dû lire le mémo de Clinton sur Al Qaïda, le rapport sur les armes de destruction massive irakiennes qui mettait en doute leur existence ou le rapport du département d’État sur l’Irak qui annonçait ce à quoi nous assistons aujourd’hui. Il ne lit pas et il ne fait donc que suivre ce que lui disent les néo-conservateurs et Dick Cheney.
C’est pour cette raison que Bush ignore les conseils des analystes militaires ou de certains sénateurs. Cela agace les militaires et la révolte gronde. Bush apparaît dans cette affaire comme un dirigeant aimant se trouver en haut de la structure hiérarchique, mais incapable de faire les efforts nécessaires à sa tâche. À nouveau, lors de sa conférence de presse, il s’est montré incohérent et a montré qu’il se prenait pour un croisé, mais la guerre religieuse ne fait pas partie de la doctrine militaire des États-Unis.

Source
The Guardian (Royaume-Uni)

« Hear no evil, read no evil, speak drivel », par Sidney Blumenthal, The Guardian, 15 avril 2004.

Sidney Blumenthal

Sidney Blumenthal Sidney Blumenthal est ancien assistant et conseiller spécial du président Bill Clinton. Il est l’auteur de The Clinton Wars. Il a été éditorialiste du New Yorker, du Washington Post et de New Republic. Il est désormais éditorialiste au Guardian sur les questions de politique états-unienne et le correspondant à Washington de Salon.Com.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.