Les arrestations lundi de huit citoyens britanniques d’origine pakistanaise et d’une douzaine de citoyens d’origine nord-africaine ou irakienne au Royaume-Uni, pour conspiration terroriste, nous rappellent que les extrémistes restent motivés dans leur volonté de perturber la vie en Occident. Cette arrestation est aussi une occasion pour les pays occidentaux d’appeler leurs citoyens musulmans à aider à lutter contre ce fléau.
La présence d’extrémistes en Occident est, pour une large part, la conséquence de l’échec des sociétés occidentales à obtenir le soutien de ceux qui trouvent le message d’Al Qaïda plus marquant que celui de George W. Bush, Tony Blair ou, anciennement, José-Maria Aznar. Le fait que des Britanniques planifient la mort d’autres britanniques à cause d’un message enregistré à l’autre bout du monde démontre que nous perdons cette bataille. Les extrémistes recrutent des agents dans les pays européens car ils pourront y circuler librement. Ce recrutement est facilité par l’attitude de certains gouvernements tels que celui de Grande-Bretagne, qui maintient en détention, sans éléments d’accusation, six musulmans depuis 18 mois. En outre les musulmans qui voudraient aider à la guerre au terrorisme sont brocardés par les autres.
Il faut remédier à cette situation en :
- Nommant des musulmans à des postes à responsabilité dans les services de sécurité.
- Organisant davantage la communauté musulmane.
- Amorçant un programme de reconnaissance de voisinage dans les quartiers musulmans.

Source
Los Angeles Times (États-Unis)

« A Secret Weapon in the War Against Terror : Inclusion », par Mansoor Ijaz, Los Angeles Times, 20 avril 2004.