A la conférence de Londres on a projeté la somme de 20 milliards de dollars pour les cinq prochaines années, dont un quart versé par Washington. À l’avenir, cet argent doit être versé principalement au gouvernement afghan et donc, on l’espère, sera mieux utilisé. Jusqu’à présent l’argent allait principalement aux ONG. Et les Afghans et les experts internationaux n’ont pas tort quand ils disent que l’argent est surtout allé dans les poches de soi-disant conseillers, plutôt que dans des projets. Et de toute façon rien ne garantit que l’argent promis soit bel et bien versé.
Parmi les défis à relever, il y a la situation sécuritaire du pays : les forces de sécurité afghanes ne sont pas encore en mesure de tenir en respect les Talibans qui se renforcent de jour en jour. Les États-Unis veulent réduire leurs troupes, et même si l’OTAN augmente son contingent de 6000 soldats - dont la moitié de Britanniques -, cela ne changera pas grand chose à la situation actuelle. Comme toujours dans l’histoire de ce pays, le pouvoir du gouvernement central ne dépasse pas Kaboul, au-delà il dépend d’alliances formées ici et là avec les « Seigneurs de Guerre » locaux. _Ces chefs locaux vivent en grande partie de l’autre facteur que la conférence de Londres n’a pas osé aborder : la culture, la fabrication et commercialisation de drogue. Certes Kaboul s’est engagé à lutter contre la traite de l’opium, mais l’Afghanistan est le plus important producteur de drogue au monde et rien ne changera aussi longtemps que la culture du pavot rapportera plus aux paysans que celle de céréales ou de tomates. Tout le monde en profite - des Talibans jusqu’aux seigneurs de la guerre - et personne ne renoncera à cette manne financière. L’OTAN n’a pas les moyens d’empêcher la culture du pavot, et ce problème demeure entier. Côté Taliban, cela renforce l’opposition contre le gouvernement de Hamid Karzai. Et côté occidental, on n’a pas d’alternative plausible à proposer.
Malgré tous ces problèmes, dont certains presque insolubles, il ne faut pas baisser les bras et abandonner l’Afghanistan à Londres. Après des décennies de tyrannie et de guerre, ce pays ne peut pas se transformer au bout de seulement cinq ans en une démocratie moderne et saine. Et les échecs enregistrés depuis cinq ans ne doivent pas nous inciter à plier bagage. Il faut persister en Afghanistan, même si, au premier abord, sortir ce pays de l’ornière peut paraître une opération semblable au tonneau des Danaïdes.

Source
Deutsche Welle (Allemagne)

« Geld allein wird Afghanistan nicht helfen », par Peter Phillip Deutsche Welle, 01 février 2006.