L’Union européenne constate avec préoccupation que, ces derniers jours, des représentants de la communauté internationale et, tout récemment, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations unies, M. Jan Egeland, n’aient pas été autorisés par le gouvernement soudanais à se rendre au Darfour.
La situation humanitaire au Darfour requiert une action soutenue de la part de la communauté internationale. Le Secrétaire général adjoint M. Egeland a un rôle crucial à jouer à cet égard.

L’Union européenne est déterminée à fournir un appui et un financement adéquats aux activités humanitaires. Elle rappelle que toutes les parties concernées devraient garantir un accès sans entrave aux acteurs humanitaires sur le terrain. Le gouvernement du Soudan se doit de collaborer avec les Nations unies et les organisations non gouvernementales, et nous l’invitons instamment à agir de la sorte avec toutes les organisations d’aide humanitaire présentes au Darfour.

La Bulgarie et la Roumanie, pays en voie d’adhésion, la Croatie* et l’ancienne République yougoslave de Macédoine*, pays candidats, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie- Monténégro, pays du processus de stabilisation et d’association et candidats potentiels, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l’AELE membres de l’Espace économique européen, ainsi que l’Ukraine et la République de Moldavie se rallient à la présente déclaration.

*La Croatie et l’ancienne République yougoslave de Macédoine continuent à participer au processus de stabilisation et d’association.

Réf : 8191/2/06 REV 2 (Presse 100)