La presse n’a pas relevé un long passage de la lettre adressée par Mahmoud Ahmadinejad à George W. Bush le 8 mai 2006. Le président iranien y met en effet violemment en doute la version officielle du 11 septembre 2001. « Monsieur le Président, dit-il en préambule. Les évènements du 11 septembre furent une horrible catastrophe. L’assassinat d’innocents est déplorable et horrible, où que ce soit dans le monde. […] Tous les gouvernements ont pour devoir de protéger la vie, les biens et le bien-être de leurs citoyens. » Puis le président iranien de livrer son analyse des attentats : « Le 11 septembre n’a pas été une opération [militaire] comme n’importe quelle autre. Aurait-elle pu être planifiée et exécutée sans une coordination avec des services de renseignement et de sécurité – ou sans leur infiltration extensive ? » Et M. Ahmadinejad d’asséner : « Pourquoi les différents aspects de cette attaque ont-ils été gardés secrets ? Pourquoi ne nous dit-on pas quels sont les responsables qui ont négligé leurs responsabilités ? Et pourquoi les responsables et les coupables ne sont-ils pas identifiés, ni présentés devant un tribunal ? » Ces graves accusations n’ont pas été reprises dans les médias. Si elles sont partagées par un nombre important de responsables politiques, rares sont ceux qui osent les présenter publiquement.