Monsieur le Ministre, je vous remercie pour votre hospitalité et pour vos qualités de chef. Vous menez courageusement notre nation dans la guerre contre le terrorisme. Vous faites un superbe travail. Vous êtes un excellent ministre de la défense et notre pays a envers vous une dette de gratitude.

Je viens de participer à une réunion ici-même au Pentagone avec des membres de mon équipe chargée de la sécurité nationale ainsi qu’à une conférence avec des généraux se trouvant sur le terrain en Irak. Nous avons parlé des besoins de notre personnel militaire, de l’état de nos opérations actuelles en Irak et des progrès qu’a faits ce pays vers la sécurité et la souveraineté.

Il est dans l’intérêt national vital des Etats-Unis que les institutions libres d’Irak s’imposent comme seul moyen d’échapper à la tyrannie et à la violence terroriste au Moyen-Orient. Alors que nous menons cette mission, nous nous attaquons de face aux problèmes et effectuons les changements nécessaires.

Nos priorités restent cependant les mêmes : la protection de notre pays, la sécurité de nos soldats et la propagation de la liberté à travers le monde. A l’instar de générations précédentes d’Américains, nous avons accepté une tâche difficile et historique.

Nous avons pris des engagements très clairs auprès du monde et l’Amérique tiendra ses engagements. Tout d’abord, nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour garantir la sûreté des Américains et du personnel de la coalition et la sécurité des citoyens irakiens. Nous menons l’offensive contre les tueurs et les terroristes de ce pays et nous ne changerons pas de cap. A Falloujah et aux alentours, les Marines maintiennent la pression sur ceux qui sont loyaux à Saddam Hussein, sur les combattants étrangers et sur les autres militants. Nous maintenons cette pression de façon à garantir que Falloujah cesse d’être un sanctuaire pour l’ennemi. Dans le nord de la ville, des soldats de la Première force expéditionnaire de Marines se préparent à attaquer les combattants terroristes pour empêcher une recrudescence de la violence et le chaos. Dans le sud de la ville, les Marines interrompent les attaques ciblant les routes de ravitaillement et mettent en déroute ceux qui combattent les soldats de la coalition.

A Ramadi, Husabayah et Karmah, les Marines sont sur l’offensive, faisant des centaines de patrouilles et de raids quotidiennement. L’ennemi, à Falloujah, se cache derrière une population de civils innocents et compte sur le fait que le recours de notre coalition à la force pourrait susciter l’hostilité des Irakiens ordinaires. Cependant, tous les jours nos soldats réagissent avec précision, discipline et retenue. Nous prenons toutes les précautions possibles afin d’éviter de nuire aux innocents et traduisons en justice les coupables.

Nous apportons notre aide à la constitution de forces irakiennes qui pourront assumer la responsabilité de la sécurité. Nos forces apportent aussi leur aide afin de garantir la livraison d’aide humanitaire aux familles qui souffrent en raison du chaos qui règne dans certaines collectivités, chaos que les terroristes et ceux qui veulent arrêter les progrès de la liberté ont eux-mêmes créé.

A Nadjaf, important centre de population chiite et ville sainte, nos militaires démantèlent systématiquement une milice illicite qui essaye d’inciter à la violence et de saisir le contrôle. Des soldats du Deuxième régiment de cavalerie légère se livrent à des missions de reconnaissance afin de voir quelle est précisément la force de l’ennemi et où il se trouve. La Première division de blindés travaille assidûment à la défaite de ces forces ennemies tout en s’efforçant de protéger la population et les lieux saints de cette ville.

Des éléments de cette milice ont été expulsés du bureau du gouverneur de Nadjaf et un gouverneur légitime a été nommé. La population de Nadjaf et les chefs chiites sont opposés à cette occupation illicite par les miliciens et exercent une pression sur ces derniers pour qu’ils partent. Nous sommes encouragés de constater que davantage d’Irakiens assument une responsabilité afin de résoudre la situation d’impasse à Nadjaf.

Dans toutes ces opérations en cours, nos soldats se heurtent encore à de graves dangers et notre gouvernement leur donne tous les moyens de se protéger et de remporter la victoire. Nous envoyons sur le terrain les forces militaires les plus sophistiquées au plan technologique qui aient jamais été assemblées, des forces qui sont agiles et souples, capables de frapper aussi bien dans l’obscurité qu’au grand jour.

Ravitailler et protéger nos soldats en Irak est une responsabilité à long terme. J’ai donc demandé au Congrès de débloquer 25 milliards de dollars supplémentaires afin de financer un fonds de réserve d’urgence qui pourra être utilisé pour appuyer les opérations en cours en Irak. J’ai promis, de même que le ministre de la défense, de donner à nos soldats tout ce qui leur est nécessaire pour terminer leur mission avec le maximum de sécurité, et j’exhorte le Congrès à se joindre à moi pour respecter cet important engagement.

L’ensemble de nos militaires, de ce bâtiment, le Pentagone, jusqu’aux rues de Falloujah, accomplissent leur tâche avec une aptitude et un courage exceptionnels. Ils font, ainsi que leur famille, d’extraordinaires sacrifices pour la sécurité de notre nation et la liberté d’autres. Et nous ne sommes pas au bout de nos peines et de nos sacrifices. Notre nation s’occupe des blessés et pleure ses morts  ; elle prie pour les familles plongées dans le deuil. Nous nous souviendrons toujours de ceux qui sont morts, et nous rendrons hommage à leur sacrifice en menant à bien cette mission.

Notre deuxième engagement fondamental est le transfert de la souveraineté à un gouvernement irakien le plus rapidement possible. Si des décennies d’oppression ont détruit toutes les institutions libres de l’Irak, elles n’ont pas tué le désir de vivre libre. Comme tout peuple fier, les Irakiens veulent leur indépendance. Ils doivent savoir que notre coalition est entièrement vouée à leur indépendance et à la dignité de leur nation. C’est pourquoi le transfert du pouvoir du 30 juin est vital. Les Irakiens, ainsi que les hommes et les femmes de l’ensemble du Moyen-Orient qui suivent l’évolution de la situation, verront que l’Amérique tient ses promesses.

L’émissaire des Nations unies, M. Brahimi, est retourné en Irak afin de consulter divers groupes irakiens. Au cours des prochaines semaines, des décisions importantes seront prises au sujet de la composition du gouvernement intérimaire. Le 30 juin, ce gouvernement assumera les fonctions exercées actuellement par la coalition, notamment dans les domaines de l’eau et de l’électricité, des soins médicaux et de l’éducation. Un objectif stratégique fondamental de notre coalition en Irak est d’aider à créer une nouvelle armée, un corps de défense civile, une police et des services de protection des installations, ainsi qu’une garde capable de défendre les frontières du pays.

Le général Dave Petraeus, commandant de la 101e division aéroportée en Irak, est retourné sur place afin de superviser l’entraînement et l’équipement de toutes ces forces irakiennes. Une fois constituées, elles protégeront un Irak libre de toute agression extérieure et de toute subversion interne. Cependant, la mission fondamentale de notre armée, qui est d’aider à assurer la sécurité, continuera le 1er juillet et au-delà. Non contente d’avoir apporté la liberté à l’Irak, l’Amérique veut s’assurer du succès de la liberté en Irak, une nation que nous serons fiers de compter parmi nos amis et nos partenaires dans la recherche de la paix.

Troisièmement, parce que l’Amérique se soucie de l’égalité et de la dignité de tous les peuples, nous ferons toute la lumière sur les mauvais traitements cruels et honteux qui ont été infligés aux détenus irakiens. Ces agissements qui ont été révélés sont une insulte au peuple irakien et un affront aux normes les plus élémentaires de moralité et de décence. Une différence fondamentale entre les démocraties et les dictatures, c’est que les pays libres traitent ces abus ouvertement et directement.

En janvier dernier, peu après que des rapports relatifs à ces mauvais traitements eurent été transmis à notre armée, une enquête a été ouverte. Aujourd’hui, plusieurs enquêtes officielles dirigées par des cadres supérieurs de l’armée sont en cours. Le ministre Rumsfeld a chargé plusieurs anciens responsables d’évaluer leurs conclusions. Certains soldats ont déjà été mis en accusation, et ceux qui ont été impliqués dans ces abus devront répondre de leur conduite dans le cadre d’un processus ordonné et transparent. Nous respecterons la règle de droit. Toutes les opérations carcérales en Irak seront passées au peigne fin afin de nous assurer que de tels abus ne se reproduiront pas.

Les responsables de ces abus ont causé des dégâts qui vont bien au-delà des murs d’une prison. Leur conduite a donné à certains une excuse pour remettre notre cause en question et pour jeter le doute sur nos motifs. Pourtant, qui peut douter que l’Irak se porte mieux depuis qu’il a été libéré de la férule de l’un des tyrans les plus sanglants que le monde ait jamais connus ? Des millions d’Irakiens sont reconnaissants d’avoir la chance qui leur a été donnée de vivre dans la liberté - une chance créée par le courage et le sacrifice de l’armée des Etats-Unis.

Nous éprouvons un grand respect pour le peuple irakien et pour tous les peuples arabes - respect pour leur culture, leur histoire et les contributions qu’ils pourront faire au monde. Nous croyons que la démocratie permettra à ces dons de s’épanouir ; que la liberté est la réponse au désespoir et à la terreur ; qu’un Irak libre ouvrira la voie vers un Moyen-Orient meilleur et renouvelé ; et qu’un Irak libre rendra notre pays plus sûr.

Je mesure la difficulté de la mission des hommes et des femmes de notre armée. Ils doivent faire face à l’ennemi dans le sable, la chaleur et des vents violents, dans des conditions où ils sont parfois incapables de distinguer l’ami de l’ennemi. Je sais combien il est difficile de voir un petit nombre d’individus déshonorer une cause noble pour laquelle tant se sacrifient. Ce qui s’est passé dans les prisons irakiennes ne reflète pas le caractère des quelque 200.000 soldats qui ont servi depuis le début de l’opération "Liberté de l’Irak".

Tous les Américains connaissent la générosité et le professionnalisme des forces armées des Etats-Unis. Dans toute l’histoire de l’humanité, aucune armée n’a combattu si vaillamment et si souvent pour la liberté des autres. Aujourd’hui, nos soldats, nos marins, nos pilotes et nos Marines pourchassent les terroristes dans le monde entier. Ils aident les peuples de l’Afghanistan et de l’Irak à construire des sociétés démocratiques. Ils défendent l’Amérique avec courage. Et ces accomplissements ont apporté fierté et renommée à notre pays.

Je tiens à ce que les hommes et les femmes de nos armées sachent que l’Amérique est fière d’eux, et que je suis honoré d’être leur commandant en chef.

Je vous remercie.

Traduction officielle de la Maison-Blanche