Réseau Voltaire

Le Malawi et le Maroc félicités par le département d’État US pour leur lutte contre la traite des personnes

| Washington D. C. (États-Unis)
+

Deux États d’Afrique, le Malawi et le Maroc, ont reçu les éloges du département d’État des États-Unis pour les progrès qu’ils ont réalisés au cours de l’année écoulée en matière de lutte contre la traite des personnes.

Dans son rapport annuel au Congrès sur la traite des personnes dans le monde, dont l’édition 2006 a été rendue publique le 5 juin, le département d’État évalue les efforts que déploient les gouvernements étrangers en vue d’éliminer ce fléau de la société. Le rapport répartit les États en quatre catégories en fonction des mesures qu’ils prennent pour combattre la traite, pour traduire en justice les criminels et pour soutenir et assister les victimes.

Les États qui satisfont aux critères établis par la loi de 2000 sur la protection des victimes de la traite sont placés dans la catégorie 1. La catégorie 2 comprend les États qui ont démontré leur volonté de faire face à leurs problèmes mais n’ont pas encore satisfait aux normes internationales. La « liste de veille » de la catégorie 2 englobe les États qui donnent des signes de défaillance, tandis que les États qui ne font guère d’efforts sont placés dans la catégorie 3.

- Le Malawi et le Maroc

Deux pays de la catégorie 1, le Malawi et le Maroc, ont reçu les félicitations du département d’État pour les mesures qu’ils ont prises pour prévenir la traite des personnes en 2005.

En dépit du manque de ressources, le Malawi a accompli de grands progrès, en particulier en vue de traduire en justice les trafiquants et d’informer le public des formes multiples que peut prendre la traite des personnes. Avec l’aide de donateurs étrangers, le Malawi a produit 10.000 affiches et 20.000 brochures et les a distribuées dans les écoles, les bureaux de l’assistance sociale, les hôpitaux et les associations de jeunes afin de mieux sensibiliser le public.

Le Maroc, quant à lui, satisfait pleinement aux normes internationales minima relatives à la lutte contre la traite des personnes. Selon le rapport, sa coopération internationale dans ce domaine « reflète la détermination absolue des pouvoirs publics de faire face à ce problème ».

C’est ainsi qu’en février, les autorités marocaines ont démantelé un important réseau international qui se livrait à la traite et au passage transfrontalier clandestin de personnes originaires d’Inde. Elles ont arrêté 70 suspects, dont un policier.

- Le Soudan et le Zimbabwe en catégorie 3

Le Soudan et le Zimbabwe ont été épinglés pour l’insuffisance de leur action en matière de lutte contre la traite des personnes.

Bien que le Soudan ait fait, dans un premier temps, des progrès dans plusieurs domaines, « la plupart de ses efforts n’ont pas été soutenus », indique le rapport. Par exemple, durant la guerre civile qui vient de se terminer, des adultes et des enfants ont été contraints à se joindre à des groupes armés.

Afin d’améliorer son bilan, les pouvoirs publics soudanais doivent prendre des mesures pour assurer la protection des victimes de toutes les formes de traite et retirer les enfants soldats des groupes armées.

Le Zimbabwe, pour sa part, a manifesté « peu de volonté politique » en vue de faire face à ses problèmes de traite durant l’année écoulée, affirme le rapport. Les enfants font l’objet d’une traite interne qui les place en servitude soit comme ouvrier agricole, soit comme domestique, soit aux fins d’exploitation sexuelle. Attirées par des offres trompeuses d’emploi ou de bourse, des femmes et des jeunes filles du Zimbabwe se rendent à l’étranger, où elles tombent sous la coupe de trafiquants.

Pour améliorer sa lutte contre la traite, le Zimbabwe doit renforcer ses lois et lancer une vaste campagne de sensibilisation, indique le rapport.

Ont été placés dans la « liste de veille » de la catégorie 2 les États suivants, entre autres : l’Afrique du Sud, l’Algérie, Djibouti, l’Égypte, la Guinée équatoriale, le Kenya, la Libye, la Mauritanie, la République centrafricaine et le Togo.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.