Le gouvernement israélien, sous la pression de la communauté internationale, opposée à ses mesures unilatérales, a commencé à élaborer un projet alternatif afin d’agir en coordination avec le président palestinien Mahmoud Abbas, rapporte mardi le quotidien israélien Haaretz.

Selon un article du quotidien, le projet, actuellement en discussion entre le bureau du Premier ministre et le ministère des Affaires étrangères, proposerait à M. Abbas de parvenir à un accord en vue de l’établissement d’un Etat palestinien provisoirement limité à la bande de Gaza et environ 90% de la Cisjordanie.

Le nouveau projet constituera ainsi la Phase II du plan de paix "feuille et route" et par conséquent, Israël répondra aux appels des Etats-Unis, de la Jordanie, de l’Egypte et d’autres pays, qui souhaitent que l’Etat hébreu reprennent ses négociations avec l’Autorité palestinienne en poursuivant la "feuille de route", indique le journal.

Selon le projet, les parties concernées entameront le Phase II sans attendre la mise en oeuvre de la Phase I, qui demande le démantèlement de l’infrastructure terroriste.

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a fait savoir à Haaretz qu’elle avait dit la semaine dernière à de hauts responsables de son département qu’"à l’heure actuelle Abbas n’était pas un partenaire pour un accord sur le statut final", mais qu’"il pouvait être un partenaire pour d’autres accords, sur la base des étapes du processus de la +feuille de route+".

Le Premier ministre britannique Tony Blair, au cours de ses entretiens de lundi avec son homologue israélien Ehud Olmert, a appelé ce dernier à trouver une "solution négociée de deux Etats" au conflit israélo-palestinien.

Source
Xinhua (Chine)
#Xinhua (Chine)