Le think-tank ultra-libertarien Cato Institute bénéficie d’une audience importante parmi les conseillers de l’Administration Bush à Washington (une de ses membres, Gale Norton, a été nommée par George W. Bush à la tête du Département de l’Environnement états-unien).

Ted Carpenter, vice-président pour les questions de sécurité et de défense au Cato Institute et ami personnel du milliardiare, propriétaire de Fox News et de nombreux journaux Rupert Murdoch, publie dans la dernière édition de l’hebdomadaire de l’Institut, un appel pour un retrait immédiat d’Irak : « Maintenant que Zarkaoui est mort, les États-Unis doivent quitter l’Irak ». Cet article fournit aux « réalistes » à Washington un argumentaire pour une sortie d’un conflit couteux et de plus en plus impopulaire parmi la population.

Arguant d’un rôle d’arbitre pour les États-Unis, il se lave les mains du chaos instauré par l’invasion états-unienne et de la violence largement provoquée par escadrons de la mort soutenus par l’occupant. La faute est entièrement rejetée sur le peuple irakien.

« Cela suffit ! A un moment donné il faut que le peuple irakien apprenne à se tenir debout sur ses pieds et décider s’ils veulent coopérer pour gouverner le pays ou bien continuer dans l’escalade vers une guerre sectaire de plus en plus sanglante. S’ils optent pour la deuxième solution, alors l’Amérique n’a plus rien à faire dans cette histoire.

« Tant l’administration Bush que le peuple américain doivent reconnaître à quel point la violence sectaire a empiré en Irak. Les Américains doivent se poser la question pourquoi ils devraient risquer la vie de leurs troupes à jouer à l’arbitre dans un tel environnement. La mort de Zarkaoui supprime la dernière raison d’être de notre présence dans ce pays. Nous avons renversé Saddam Hussein, permis au peuple irakien de créer une nouvelle constitution, supervisée l’élection d’un nouveau gouvernement et maintenant nous avons éliminé le chef d’Al Qaïda en Irak ».

« Célébrons la mort de ce terroriste et annonçons un calendrier ferme et imminent de retrait de nos troupes. »

With Zarqawi’s Death, U.S. Should Exit Iraq, par Ted Carpenter, Cato Institute, États-Unis, 14 juin 2006.