Quelque 1 000 soldats italiens en Irak ont commencé mercredi la passation de leurs responsabilité à leurs camarades, la première étape d’un retrait complet qui devrait avoir lieu d’ici l’automne, a rapporté l’agence de presse ANSA.

Le régiment de Sassari doit retourner en Italie pour le 28 juin, réduisant le nombre de soldats italiens en Irak à environ 1 600. L’Italie avait envoyé en juin 2003 quelque 3 200 soldats dans la ville de Nassiriyah dans le sud de l’Irak, pour soutenir l’invasion sous commandement américain.

Cette force avait été réduite à 2 900 hommes en septembre 2005, et 300 autres soldats ont été rappelés en janvier. Le Premier ministre italien Romano Prodi, qui l’a emporté de peu sur son prédécesseur Silvio Berlusconi en avril, a récemment condamné la guerre en Irak comme une "grave erreur" qui a créé "de nouveaux prétextes pour les actes terroristes".

Son gouvernement de centre-gauche a promis de retirer d’Irak les soldats italiens d’ici l’automne de cette année.

Tout en se déclarant attaché aux relations étroites avec Washington, l’ex-chef de la Commission européenne a clairement indiqué que l’Europe était la nouvelle priorité de la politique extérieure italienne.

Le ministre italien des Affaires étrangères Massimo D’Alema a toutefois souligné que l’Italie ne tournerait pas le dos à l’Irak, qu’elle renforcerait son rôle de reconstruction et de développement démocratique dans le pays, et que des modalités seraient prévues pour que "son retrait n’exacerbe pas les problèmes du gouvernement irakien".

Source
Xinhua (Chine)
#Xinhua (Chine)