Réseau Voltaire

Une étude du ministère britannique de la Défense : l’Irak rend fous les soldats britanniques

+

Le nombre de soldats britanniques traîtés pour des problèmes psychiatriques causés par le stress de leur engagement en Irak a augmenté de manière significative depuis le début de la guerre, selon une nouvelle étude publiée par le ministère de la Défense britannique.

En 2005, les autorités militaires avaient été informées de 727 cas de soldats présentant des troubles psychiatriques causés par leur service en Irak - une moyenne de 60 par mois, soit deux par jour. Ce chiffre équivaut à presque 10% des soldats britanniques stationnés en Irak. Parmi ces soldats, 66 d’entre eux ont présenté des troubles mentaux tellement graves qu’il a fallu les évacuer d’urgence pour recevoir des soins en Grande-Bretagne.

Ce rapport note également une rapide augmentation par rapport aux statistiques publiées il ya seulement 4 mois. L’armée y révélait alors que 1 333 soldats avaient du être soignés pour troubles mentaux au cours des deux ans et demie après le début de la guerre, soit environ 40 par mois.

A cela viennent s’ajouter les quelque 6 700 victimes britanniques de la guerre en Irak, comprenant 113 soldats tués et 4 000 blessés suffisamment grièvement pour qu’il ait fallu les évacuer vers des hopitaux en Grande-Bretagne.

« Iraq : 60 soldiers a month suffer mental illness », par Andy McSmith, The Independent, Grande-Bretagne, 16 juin 2006.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.