Après l’envoi, en 1942, de la population d’origine japonaise en camps de concentration, la paranoïa de la société blanche US se tourne contre les mexicains. Le shérif de Los Angeles déclare que ce « sont des indiens et donc des asiatiques dont il faut se méfier, d’autant qu’ils ont hérité le goût du sang des Aztèques cannibales ». Dans cette société raciste et apeurée par Pearl Harbor, les zoot suiters, bandes de jeunes latinos et blacks urbains, habillés en costards aux couleurs vives, mais surtout affranchis de la crainte du blanc, font peur. Le 4 juin 1943, suite à une bagarre entre matelots et zooters, une centaine de marins et soldats parcourt les quartiers Est de la ville, attaquant la population mexicaine et mettant le feu aux maisons et magasins. Les premières victimes sont deux enfants de 11 ans, battus à mort à l’entrée d’un cinéma. L’émeute raciale durera une semaine, la police laissant faire... ou arrétant les jeunes mexicains ! Les Zoot Suit Riots feront plus de 60 morts.