Le Japon a décidé de retirer ses soldats stationnés en Irak depuis le début 2004, le premier déploiement de l’armée nippone sur un théâtre de guerre depuis 1945, a confirmé mardi le gouvernement nippon.

Cette intervention historique a marqué pour le Japon la sortie de décennies de « pacifisme défensif », une étape cruciale de sa « normalisation » internationale soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

« Le gouvernement a décidé aujourd’hui de retirer les Forces d’autodéfense terrestres (FADT, l’armée de terre japonaise) de Samawa, car leur objectif de soutenir la reconstruction en Irak a été atteint », a souligné un communiqué officiel.

Quelque 600 soldats japonais étaient déployés depuis janvier 2004 à Samawa, capitale de la province d’Al-Mouthanna (sud), dans le cadre d’une mission humanitaire et de reconstruction.

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki avait annoncé lundi que les troupes de la Force multinationale se retireraient le mois prochain de la province d’Al-Mouthanna, où est basé le corps expéditionnaire japonais.

Source
Xinhua (Chine)
#Xinhua (Chine)