L’ancien secrétaire d’État adjoint américain, Richard Armitage, a déclaré que les forces américaines en Irak se verraient demander par le gouvernement irakien de quitter le pays, alors que la violence est montée d’un cran dans certaines régions irakiennes, a rapporté mercredi la presse locale.

M. Armitage a indiqué qu’après le retrait américain, le scénario le plus optimiste en Irak serait la constitution d’une fédération approximative avec un gouvernement central affaibli.

Il a souhaité une réduction des effectifs militaires des États- Unis et des autres pays de la coalition durant les 12 à 18 mois à venir.

Outre l’Irak, M. Armitage a également fait part de sa déception à l’égard de la situation en Afghanistan, surtout dans le sud, où la violence s’est récemment accentuée.

« Cinq ans après le renversement des talibans, la population ne voit pas beaucoup de changements dans sa vie », a-t-il déploré.

Source
Xinhua (Chine)
#Xinhua (Chine)