(20 juin 2006)- L’Union européenne condamne vivement les incidents violents qui viennent de se produire au Sri Lanka, en particulier l’attentat à l’explosif perpétré contre un autobus qui a tué des dizaines d’innocents et en a blessé encore plus. Cet acte de violence odieux, qui est l’attentat le plus sanglant commis contre des civils depuis la signature de l’accord de cessez-le-feu en 2002, constitue une nouvelle violation flagrante de cet accord.

L’UE demande à toutes les parties de mettre immédiatement un terme à la violence et de retourner à la table des négociations en vue de renforcer le cessez-le-feu et de rechercher une solution politique durable au conflit, afin de permettre à la population du Sri Lanka de sortir de l’épreuve terrible que représentent vingt années de conflit persistant.

La Bulgarie et la Roumanie, pays en voie d’adhésion, la Turquie, la Croatie* et l’ancienne République yougoslave de Macédoine*, pays candidats, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie, pays du processus de stabilisation et d’association et candidats potentiels, le Liechtenstein, pays de l’AELE membre de l’Espace économique européen, ainsi que l’Ukraine et la République de Moldavie se rallient à la présente déclaration.

*La Croatie et l’ancienne République yougoslave de Macédoine continuent à participer au processus de stabilisation et d’association.

Source
Union européenne (Conseil européen)

Réf : 10653/1/06 REV 1 (Presse 186)