Le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Kofi Annan, a affirmé jeudi à Genève qu’une réponse de l’Iran à l’offre des grandes puissances sur la suspension de l’enrichissement d’uranium viendra après la réunion du G8 à Saint-Pétersbourg.

Lors d’une conférence de presse tenue au Palais des Nations à Genève, le secrétaire général de l’ONU a déclaré avoir rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki. Il a estimé que l’Iran considère très sérieusement l’offre des grandes puissances.

Après s’être félicité du changement de l’attitude des États- Unis qui ont exprimé leur désir de rejoindre les discussions sur la suspension de l’enrichissement iranien, le secrétaire général de l’ONU a espéré que « ce signal portera ses fruits » à la reprise des discussions.

Kofi Annan a affirmé avoir « insisté auprès des responsables iraniens, y compris M. Mottaki, qu’il est de leur intérêt de coopérer pleinement avec l’AIEA ».

La Chine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et l’Allemagne ont présenté le 6 juin dernier à l’Iran une offre pour régler le probleme.

Au cours de la conférence de presse, le secrétaire général de l’ONU a répondu aux questions concernant le Sudan, la Palestine, le Conseil des droits de l’Homme.

Parlant du Soudan, il a affirmé que l’ONU pousse les parties qui ont signé l’accord de paix au Soudan à l’appliquer et continue de convaincre les deux fractions armées qui ne l’ont pas signé de l’accepter. À moyen terme, l’ONU va envoyer des casques bleus pour prendre la relève des Forces de la Paix de l’Union Africaine, a-t- il poursuivi. Avant le déploiment des casques bleus, les Forces de l’UA doivent rester en place.

Le secrétaire général de l’ONU s’est préoccupé de la situation inquiètante de la Palestine où la tension ne cesse de monter. La communauté internationale s’engage sur le terrain. Les discussions sont en cours et l’entente inter-palestinienne pourra se réaliser, a-t-il affirmé.

A propos de l’Irak, Kofi Annan a qualifié la situation de « compliquée et fragile ». La communauté internationale doit soutenir le gouvernement irakien pour rétablir la situation, a-t-il souligné.

Source
Xinhua (Chine)
#Xinhua (Chine)