(…) Le monde doit savoir que nous n’avons pas choisi l’option militaire. (…) C’est une guerre qui nous a été imposée après que nous avons tout fait pour l’empêcher.

Le gouvernement du Liban a abandonné la population du sud-Liban au Hezbollah, qui s’en sert de bouclier pour ses opérations militaires. Notre opération actuelle contre le Hezbollah a montré son véritable visage au grand jour. Nous avons trouvé des roquettes et des missiles stockés dans des maisons privées, parfois dans des pièces spéciales construites pour les dissimuler. Nous avons trouvé des lanceurs de Katioucha tirant depuis la cour d’une mosquée, d’une église ou d’une école. Nous avons trouvé des terroristes et des munitions dans chaque village, des centres de communication et d’opérations dans des maisons privatives. Nous avons trouvé le terrorisme faisant partie de la vie quotidienne au sud-Liban. La terreur se développe, et le gouvernement du Liban demeure silencieux.

(…) Alors qu’ils [les membres du Hezbollah] n’ont aucun égard pour la vie humaine, n’hésitant pas à utiliser des civils libanais innocents pour leurs objectifs, nous faisons tout notre possible pour éviter de toucher des civils non impliqués. Quand ils réussissent à tuer des travailleurs innocents de la compagnie des trains, ils considèrent que leur opération est un succès. Quand nous tuons des civils innocents, nous considérons que c’est une tragédie et qu’une enquête doit scrupuleusement être menée.

Je voudrais exprimer catégoriquement : il n’y a pas de pilote israélien ou de commandant qui donnerait l’ordre de viser des civils non impliqués. A chaque fois que nous avons l’intention de cibler un dépôt de munitions dans un bâtiment dans lequel réside une famille, les services israéliens du renseignement déploient de grands efforts pour trouver le numéro de téléphone de cette famille, l’appeler et lui demander de quitter la maison deux heures avant afin qu’elle ne soit pas touchée. Cependant, malgré cela, des personnes sont tuées. C’est une zone de guerre, et les organisations terroristes savent que leur présence dans des parties peuplées conduira à des victimes civiles.

Je regrette le résultat de la tragédie de Kfar Cana. Nous sommes désolés pour chaque adulte et chaque enfant touchés, et nous continuerons de tout faire pour les épargner. Nous ne ménagerons pas nos efforts pour enquêter sur cet événement qui a coûté la vie à tant de personnes (…).

Nous croyons dans l’avenir de notre région. Notre but est par conséquent d’affaiblir les éléments terroristes qui menacent la stabilité régionale et de renforcer les éléments modérés, leur permettant d’assumer la responsabilité de leur propre vie, de leur propre pays.

(…) Dans le même temps, nous réclamons que ceux qui maintiennent la souveraineté assument aussi leur responsabilité. Nous ne pouvons continuer à différencier entre souveraineté et responsabilité – elles vont de pair.

(…) La Secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice a quitté Israël de façon à poursuivre les efforts pour créer une base diplomatique capable de changer la réalité, mais les vrais effets se feront sentir par les événements se produisant sur le terrain. Par conséquent, il n’y aura pas de changement dans notre position déterminée.

Tsahal va étendre son activité contre le Hezbollah. (…) Il est important d’insister sur le fait que l’ampleur de l’arsenal de roquettes du Hezbollah excède de beaucoup celui d’une armée régulière. Cet arsenal constitue encore une menace pour Israël, et nous continuerons d’affaiblir la capacité de tirs de roquettes du Hezbollah.

(…) La force multinationale devra former l’armée libanaise et la police des frontières entre le Liban et la Syrie pour qu’elles empêchent un réarmement du Hezbollah. Nous insistons sur le fait que la force multinationale devant être envoyée dans la région soit compétente et bien entraînée, et qu’il lui soit octroyé des pouvoirs significatifs de coercition, non une force symbolique, de façon à ce qu’elle puisse remplir ses obligations au sud-Liban.

Nous demandons également à la communauté internationale d’établir une force multinationale civile qui sera responsable de la réhabilitation du Liban, pour que l’Iran ne soit plus capable, grâce à ses fonds et ses ressources, de prendre racine de nouveau au sein de la population du sud-Liban.

En tant qu’homme de paix, laissez-moi vous dire ceci : nous ne devons pas consentir à un cessez-le-feu immédiat. Seule la victoire sur le terrorisme peut nous donner la paix.

Source
Israël (ministère de la Défense)