Réseau Voltaire

« Se moquer du respect de la loi »

+

L’année dernière, quand un tribunal pour les crimes de guerre en Sierra Leone a inculpé Charles Taylor pour avoir ravagé le Sierra Leone, mon pays, cela a suscité un immense espoir en Afrique occidentale. Cependant, l’échec de la communauté internationale à mettre en pratique cette inculpation a fait disparaître cet espoir et Taylor demeure une menace.
Après avoir combattu pour prendre le pouvoir au Libéria, Taylor a joué un rôle central dans la guerre de 11 ans qui a touché mon pays, via son soutien à un mouvement rebelle brutal. Taylor a pris possession des mines de diamants pour s’enrichir avec ses hommes de main. Ils ont exploité les enfants pour en faire des soldats, ont pratiqué des amputations de masse et ont été responsables de viols et de mutilations de nombreuses femmes. Le Sierra Leone a demandé l’aide de l’ONU pour juger les hauts responsables de ces méfaits et cela a conduit à la création d’un tribunal international.
Taylor avait pour habitude de briser les accords de paix et de relancer les processus quand il était en difficulté pour se donner le temps de réorganiser ses troupes, cette fois ci, l’inculpation par ce tribunal l’a empêché de mener sa stratégie habituelle. Malheureusement, plutôt que d’être envoyé en Sierra Leone, les diplomates ont négocié son départ pour le Nigeria. Sans surprise, il tente de regagner le pouvoir depuis cette base arrière d’où il encourage ses partisans aux actions violentes. Comme trop souvent dans la région, le droit est ignoré et le Nigeria accueille Taylor en violation de ses propres lois d’asile. Si on ne juge pas Taylor, les dirigeants africains conserveront un sentiment d’impunité.

Source
Washington Post (États-Unis)
Quotidien états-unien de référence, racheté en août 2013 par Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.

« Flouting the Rule of Law », par Zainab Bangura, Washington Post, 25 juin 2004.

Zainab Bangura

Zainab Bangura est cofondateur de la Campaign for Good Governance à Freetown, en Sierra Leone et du Movement for Progress Party, qu’il préside également. Il est membre du conseil d’administration de l’Open Society Institute for West Africa et de l’International Crisis Group.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.