Les médias mondiaux ne viennent plus en Irlande du Nord comme il y a six ans, au moment des accords de paix. Pour beaucoup, en effet, l’absence de violence sur les écrans signifie que le conflit a cessé dans la province. L’accord de 1998 est pourtant mort. Toutefois, le retour à la stabilité en Irlande pourrait bien être proche.
Les négociations de Leeds Castle organisées par Tony Blair avec tous les partis nord-irlandais ont reconnu de facto qu’il faut rechercher un nouvel accord. De l’extérieur, l’accord de 1998 pouvait apparaître comme une bonne chose et c’est ce qui a poussé le gouvernement britannique à défendre à tout prix David Trimble. Pourtant, progressivement, Trimble et l’accord de 1998 ont perdu le soutien de la population et le DUP a gagné les élections il y a neuf mois.
Aujourd’hui, nous sommes à la table des négociations avec des propositions concrètes pour trouver une voie plus juste pour l’unionisme et la population d’Irlande du Nord. Il faut rompre avec l’approche qui consiste à faire toujours plus de concessions au Sinn Fein, qui parle beaucoup de désarmement, mais agit peu. Contrairement aux autres partis unionistes, le DUP a la stabilité interne nécessaire à des négociations fermes. Le premier point des négociations passe par une renonciation réelle du Sinn Fein à la violence afin qu’il puisse être considéré comme un véritable parti démocratique.

Source
The Guardian (Royaume-Uni)

« Only we can deliver a deal », par Nigel Dodds, The Guardian, 17 août 2004.