Le 18 août, dans un discours prononcé devant l’assemblée des Vétérans des guerres étrangères, John Kerry a déclaré qu’il gardait toute sa foi dans les vétérans et il a répété trois fois qu’il avait été volontaire pour partir au Vietnam.
En réalité, en revenant du Vietnam, John Kerry a fortement dénoncé cette organisation. Il affirma que les soldats au Vietnam commettaient des crimes de guerre quotidiennement. Au même moment, son témoignage au Congrès était diffusé aux prisonniers états-uniens au Nord-Vietnam pour les briser psychologiquement.
En ce qui concerne son engagement volontaire dans la guerre du Vietnam, il est faux. La seule chose qu’il a demandé, c’est d’être envoyé sur les patrouilleurs (une affectation plus tranquille quand il en a fait la demande) mais c’est tout. Il ne voulait pas aller au Vietnam et pour cause, il était opposé à ce conflit avant même de devoir y aller. Quand il a été affecté à des postes dangereux, il a protesté avec une telle véhémence que William E. Franke se souvient qu’il a changé trois fois de poste dans le premier mois où il a été présent. Le fait qu’il puisse penser pouvoir contrôler sa propre affectation à l’époque démontre son caractère égocentrique, cet égocentrisme se reflète d’ailleurs dans ses films de guerre. Il s’est construit un personnage de héros, mais les Swift Vets for Truth ont fait éclater la vérité.

Source
Washington Times (États-Unis)
Propriété du révérend Sun Myung Moon (Église de l’Unification).

« Playing the crowd », par John B. Dwyer, Washington Times, 23 août 2004