- Si le président annonce une offensive contre Faloudja et les places fortes terroristes, la soutiendrez-vous ?
- Vous avez déclaré que nous ne pourrions pas quitter l’Irak précipitamment mais qu’il faudrait préparer notre départ en quatre ans. Si vous considérez que cette guerre était une erreur, comment comptez-vous le présenter à nos soldats ? En tant que président, comment comptez-vous " demander à un homme d’être le dernier homme à mourir pour une erreur " [1] ?
- Vous avez déclaré que vous ne laisseriez pas se dérouler un nouveau génocide en Afrique mais vous avez également dit que vous ne proposeriez pas d’envoyer des troupes états-uniennes au Soudan. S’il s’averrait que c’est la seule solution pour empêcher les tueries au Soudan et que l’ONU se refuse à adopter un texte demandant le déploiement de troupes au Darfour, que feriez-vous ?

Source
New York Times (États-Unis)
Le New York Times ambitionne d’être le premier quotidien global au travers de ses éditions étrangères.

« The Exit Strategy », par William Kristol, New York Times, 30 septembre 2004. Ce texte est issu d’une série de tribunes commandées par le New York Times sur les questions à poser aux candidats lors du débat Bush-Kerry. Ces questions s’adressent à John Kerry.

[1] Cette expression a été employée par John Kerry lors de son témoignage devant le Sénat sur le Vietnam en 1971.