Le mois dernier, après un débat vif, l’OTAN a pris une mesure majeure à propos de son implication dans le programme d’entraînement des forces armées irakiennes. La nouvelle mission de l’OTAN ne pouvait pas être décidée à un moment plus critique et le président Ghazal al Yawar avait demandé avec insistance aux ambassadeurs de l’OTAN à Bruxelles de se dépêcher d’aider son pays à organiser l’élection. Ce rôle collectif dans l’aide à l’Irak avait été suggéré par George W. Bush dès le sommet d’Istanbul et l’accord des 26 membres de l’organisation est un message clair pour nos amis et nos ennemis : l’alliance peut parler d’une seule voix dans les moments graves et l’OTAN reste la plus efficace des alliances militaire au monde. _Cela signifie que l’OTAN peut-être présente sur la ligne de front de la guerre au terrorisme. La décision de l’OTAN d’entraîner les forces en Irak tout en étant déployée en Afghanistan prouve que l’Organisation sait faire face aux défis stratégiques actuels. Le terrorisme a remplacé la menace soviétique et l’OTAN s’adapte.
Ironiquement, alors que bien des Européens ont accusé les États-Unis de se détourner de l’OTAN, c’est Washington qui a proposé la plupart des réformes de l’Organisation. L’OTAN change car malgré les différends entre ses membres, nous partageons les mêmes valeurs. L’OTAN a préservé la démocratie pendant la Guerre froide, elle la développe maintenant en Afghanistan et en Irak.

Source
International Herald Tribune (France)
L’International Herald Tribune est une version du New York Times adaptée au public européen. Il travaille directement en partenarait avec Haaretz (Israël), Kathimerini (Grèce), Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne), JoongAng Daily (Corée du Sud), Asahi Shimbun (Japon), The Daily Star (Liban) et El País (Espagne). En outre, via sa maison-mère, il travaille indirectement en partenarait avec Le Monde (France).

« The war on terror is NATO’s new focus », par R. Nicholas Burns, International Herald Tribune, 6 octobre 2004.