Nous disons « oui » parce que ce traité fait avancer les valeurs de démocratie qui unissent nos peuples. Les chefs d’État et de gouvernement des pays membres se sont accordés pour doter l’Union d’un traité constitutionnel qui permet de clarifier les mécanismes de décision et de réduire le déficit démocratique. Ainsi, la démocratie participative, à laquelle nous attachons la plus grande importance dans nos villes, est renforcée, notamment par la reconnaissance du dialogue avec la société civile et la création d’un droit d’initiative citoyenne. Nous considérons même ce traité comme l’acte fondateur de l’Europe politique. Le statut du droit des citoyens européens est désormais inscrit dans la Charte des droits fondamentaux et les pouvoirs du Parlement européen sont renforcés.
Nous disons « oui », parce que ce traité représente une étape décisive dans la construction de l’Europe sociale :
- Il fixe à l’Union des objectifs sociaux clairs et ambitieux.
- Il constitutionnalise des droits sociaux étendus pour chaque citoyen européen.
- Il renforce les moyens de l’Union dans l’application de ces objectifs et de ces droits sociaux.
- Il affirme le caractère fondamental des services publics et définit un cadre au dialogue social européen.
Si nous soutenons ce traité, c’est aussi parce que, pour la première fois, il fait référence à l’autonomie locale et régionale, rejoignant en cela le combat des élus de proximité pour la reconnaissance des autorités locales au sein des instances internationales. Nous nous félicitons en outre que les droits constitutionnels européens, politiques, sociaux et environnementaux soient, dans ce traité, plus étendus et plus modernes que dans la très grande majorité des constitutions nationales. Pour toutes ces raisons, nous exprimons un "oui" clair à ce texte progressiste.

Source
Le Monde (France)

« Le "oui" au traité constitutionnel de sept maires de grandes capitales européennes », par sept maires de grandes capitales européennes, Le Monde, 13 octobre 2004.