Entant que spécialistes des affaires russes, nous estimons que nos collègues ont simplifié à outrance la situation en Russie en la présentant comme un pays devenant une dictature afin d’influencer la politique occidentale vis-à-vis de la Russie. Leurs allégations ne sont pas justes bien qu’ils affirment dire enfin « la vérité » sur la Russie. Notre but, plus modeste, est de présenter une approche équilibrée concernant les accusations portées contre la Russie de Vladimir Poutine :
- La liberté de la presse : La télévision nationale est passée intégralement sous le contrôle de l’État, mais le nombre d’organe de presse a augmenté de 10 % sous les mandats de Poutine et la plupart appartiennent au secteur privé (journaux papiers, télévision régionales, radios). Depuis Beslan, le jeune député Vladimir Ryzhkov apparaît régulièrement à la télévision pour critiquer les projets de réforme de Poutine, on ne peut donc pas dire que l’opposition est absente des ondes.
- L’équilibre des pouvoirs : Sous Eltsine, les gouverneurs de province ont constitué des fiefs et adopté des lois qui sont en contradiction avec la constitution russe. Poutine a harmonisé les lois. On peut également se demander si le fédéralisme est un bon moyen d’équilibrer les pouvoirs (à moins que le pouvoir à limiter soit le pouvoir central). L’Italie, le Royaume-Uni, la France et la Pologne n’ont pas de système fédéral et sont des démocraties.
- La justice : C’est Poutine qui a mis en place une loi obligeant tout détenu à être présenté devant un juge sous 48 heures et qui a renforcé les droits des détenus.
- Les élections et les ONG : Il y a encore des irrégularités lors des élections (surtout dans le Nord du Caucase), mais pas plus sous Poutine que sous Eltsine. En revanche, les partis politiques sont plus nombreux et il existe un demi-million d’ONG.
- Les partis politiques et les gouvernements régionaux : Poutine travaille au renforcement des partis politiques (les scrutins par liste vont dans ce sens).
Rien ne vient prouver un déclin démocratique de la Russie. Il faut au contraire reconnaître que Poutine s’efforce de rapprocher la Russie de l’Occident. Il faut cesser de voir la Russie comme l’ « Empire du mal ».

Source
Washington Times (États-Unis)
Propriété du révérend Sun Myung Moon (Église de l’Unification).

« Open letter to NATO, EU », par un collectif de spécialiste de la Russie, Washington Times, 14 octobre 2004.