Tendances et événements au Proche-Orient

Bush a-t-il torpillé le sommet arabe pour enterrer le droit au retour des Palestiniens ?

Sur le dossier iranien, George Bush rentre déçu de sa tournée moyen-orientale. Un grand nombre de journaux du Golfe ont tourné en dérision les tentatives du président états-unien de monter les dirigeants arabes contre l’Iran, précisant que l’Arabie saoudite et le Koweit ont très vite informé Téhéran de leur refus de surseoir aux demandes de Bush d’adopter une attitude hostile face à la République islamique.
La presse et les médias audiovisuels arabes ont par contre accordé une couverture exceptionnelle aux crimes perpétrés par Israël dans les territoires palestiniens occupés. La plupart des éditoriaux et des analystes ont reflété la même idée selon laquelle George Bush a donné son feu vert à Israël pour commettre ces massacres contre les Palestiniens.
Un autre élément, passé sous silence par les médias proches des régimes arabes, a été développé par les médias sensibles aux thèses des mouvements anti-US : George Bush aurait obtenu l’engagement des États arabes dits « modérés » de couvrir les crimes d’Israël et de torpiller le sommet arabe prévu à Damas fin mars, dans le but d’enterrer définitivement le droit au retour des réfugiés palestiniens. Sinon, comment expliquer la campagne menée contre la Syrie par les pays membres du Groupe de Charm al-Cheikh, allié de Washington ? Le président US aurait demandé de geler jusqu’au mois de mai toute réunion arabe de haut niveau pour pouvoir matérialiser ses propos sur la mise en place d’un mécanisme international pour verser des indemnités aux réfugiés, entassés dans des camps depuis 60 ans. D’ici là, il espère qu’Israël aura réussi à imposer de nouveaux rapports de force sur le terrain, à travers une invasion de Gaza où une action contre le Liban.

Presse et agences internationales

AL-BAYAN (QUOTIDIEN EMIRATI)
La nouvelle mission du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, au Liban, est différente de celles qui l’ont précédé. Dans le sens où elle pourrait ne pas être renouvelable. Cette mission intervient à un moment charnière de la crise libanaise dont les eaux commencent à bouillir dangereusement. Amr Moussa en personne a qualifié la situation de « grave ». Il a dit : « L’heure approche de minuit ». Jamais il n’a tenu des propos similaires. Il a sans doute voulu adresser un avertissement clair comme quoi le temps commence à manquer.

AL-KHALEEJ (QUOTIDIEN EMIRATI)
Quelque cent pays cherchent à imposer une interdiction de produire et de vendre des bombes à fragmentation. C’est une noble tentative pour essayer de débarrasser l’humanité d’une arme destructrice qui fait plus de victimes parmi les civils que chez les combattants. Les souffrances provoquées au Liban et en Irak par ces sous-minutions chez les familles ou les individus, parfois mutilés, illustrent la dangerosité de ce type d’armement. Mais il ne suffit pas que quelques dizaines de pays tentent de mettre un terme à ce fléau. Il faut que les États puissants qui produisent et vendent les bombes à fragmentation coopèrent.

AL-WATAN (QUOTIDIEN SAOUDIEN)
La visite de George Bush dans la région, qualifiée par certains d’« historique », n’a apporté aucune surprise permettant de dire qu’effectivement elle était historique. Bush est venu dire dans cette région importante et sensible du monde ce qu’il ne cesse de répéter alors qu’il se trouve dans son bureau ovale. Sa présence physique ne l’a pas fait changer d’opinion et ne l’a pas aidé à changer l’avis des dirigeants des pays qu’il a visités au sujet des questions essentielles, la Palestine, le Liban, l’Iran et l’Irak. Les massacres contre les Palestiniens se poursuivent et s’intensifient, de même que le blocus imposé à 1,5 millions de Palestiniens.

ACH-CHARL AL-AWSAT (QUOTIDIEN SAOUDIEN)
- Ahmad Maher
Avec la fin de la tournée de George Bush au Moyen-Orient je ne trouve rien de mieux pour commencer mon article qu’un commentaire paru dans le Herald Tribune du 15 janvier : « Le président états-unien a fait preuve d’un souci inhabituel de la rapidité diplomatique. Il a insisté sur la nécessité pour les Palestiniens et les Israéliens de conclure un accord de paix avant de quitter ses fonctions, début 2009. Il a tenté de faire progresser, par les discours, le processus de paix ».
Certes, parler c’est déjà mieux que rien, surtout que George Bush a passé sept ans sans vouloir intervenir au Moyen-Orient. Le problème c’est qu’il ne reste plus beaucoup de temps. Tandis que Bush a de quoi s’inquiéter sur l’héritage qu’il laisse, le reste du monde doit s’inquiéter des déceptions et de la colère qui pourraient découler d’un éventuel échec de ce nouvel effort pour la paix. Six mois se sont écoulés depuis la Conférence d’Annapolis et rien n’a changé sur le terrain.

LIBERATION (QUOTIDIEN FRANÇAIS, OPPOSITION)
• Le 19 janvier 2007, Hrant Dink, le directeur de publication de l’hebdomadaire turco-arménien Agos, était assassiné. Un an plus tard, rien n’a changé : les dispositions pénales limitant la liberté d’expression n’ont pas été abrogées et l’extrême droite xénophobe dispose toujours des mêmes protections. L’enquête et le procès piétinent. Pour les avocats de la défense : « des secteurs de l’État, et pas le gouvernement, dressent des obstacles à chaque étape de l’enquête et lors des audiences ».
• Le gouvernement Moubarak a convoqué les 27 ambassadeurs des États membres de l’Union européenne après l’adoption d’une résolution du Parlement européen sur « la situation en Égypte » [Voir document joint.]

LE TEMPS (QUOTIDIEN SUISSE)
Le secrétaire d’État suisse à l’Économie, Jean-Daniel Gerber, a confirmé que l’avion Pilatus PC-9 livré en 2006 au Tchad avait bien été militarisé en contravention des accords internationaux. Il a été décidé d’interrompre toute vente au Tchad. Deux questions restent en suspens dans cette affaire : le PC-9 a-t-il été effectivement utilisé pour des opérations militaires au Darfour, et a-t-il été militarisé pour les Tchadiens en Israël ?

EL MUNDO (QUOTIDIEN ESPAGNOL, OPPOSITION)
• La radio israélienne a révélé que Tsahal dispose depuis 2005 de missiles balistiques capables de transporter des charges non-conventionelles (y compris nucléaires) et de frapper l’Iran.
• Le gouvernement Zapatero ne participera pas au IVe Congrès international des victimes du terrorisme qui s’ouvre à Madrid.

ABC QUOTIDIEN ESPAGNOL, MONARCHISTE)
Le gouvernement du Maroc a explicitement approuvé l’initiative de l’Association saharaouie marocaine qui organise le 27 janvier une marche populaire pour prendre possession de la ville de Tifariti, bastion militaire du Front Polisario.

DAILY TELEGRAPH (QUOTIDIEN BRITANNIQUE)
Le Fonds monétaire international prévoit une croissance économique de 7 % en Irak, en 2008. La production de pétrole, qui représente 70 % des revenus de l’État, semble en effet se stabiliser depuis trois mois, après de très nombreuses interruptions. Bagdad vient de régler les 2,5 milliards de dollars de dettes qu’il avait contractées avec l’ancienne Yougoslavie et il ne lui reste plus qu’à rembourser l’Arabie saoudite et le Koweit.

THE GUARDIAN (QUOTIDIEN BRITANNIQUE, MAJORITE PARLEMENTAIRE)
La commission d’enquête parlementaire sur la corruption dans les ventes d’armes à l’Arabie saoudite a obtenu communication de documents datant de 1976 et montrant que les « commissions appropriées pour la sécurisation des contrats » ont été demandées par les Saoudiens eux-mêmes. La Chambre des communes tente de déterminer comment 1 milliard de livres ont pu être détournées sur le compte washingtonien du prince Bandar et qui en a profité.

THE JEWISH CHRONICLE (QUOTIDIEN BRITANNIQUE)
• Le Nefesh B’Nefesh offre 60000 dollars supplémentaires à tout médecin juif britannique de moins de 40 ans qui fait son liya. Il s’agit de pallier à la carence de médecins en Israël.
• Les partisans du boycott d’Israël ont choisi une nouvelle ligne d’attaque en appelant à la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le prétendu « lobby juif » qui influencerait la politique proche-orientale britannique. Ils mettent en cause l’association Friends of Israël.

THE TORONTO STAR (QUOTIDIEN CANADIEN ANGLOPHONE)
Alors que le gouvernement canadien s’est satisfait officiellement des explications de l’administration Bush à propos de Guantanamo, un manuel distribué aux diplomates fait apparaître une autre perception des choses. Il est intitulé « Torture Awareness Workshop Reference Materials » (Documents pour l’atelier de conscientisation à la torture). Il liste les États-Unis et Israël parmi les États pratiquant la torture.

THE NEW YORK TIMES (QUOTIDIEN ÉTATS-UNIEN)
De vifs débats ont repris au Pentagone quant au calendrier de retrait des GI’s d’Irak et d’Afghanistan. Le général Petraeus, en charge des opérations en Irak, ne veut pas laisser partir son personnel. Tandis que le chef d’état-major de l’armée de terre, le général Casey, veut commencer au plus vite le rapatriement de ses hommes. Le choix se complique sur le plan technique si l’on prend en compte la nécessité de prévoir une possible intervention au Pakistan.

THE WASHINGTON POST (QUOTIDIEN ÉTATS-UNIEN)
- Mowaffak al-Rubaie, Conseiller national de sécurité de l’Irak
Pour garantir la paix civile et prévenir la partition, l’Irak doit se doter de structures fédérales. Bagdad restera responsable des domaines régaliens (politique étrangère et inter-régionale, défense, fiscalité, monnaie, banque, etc.), tandis que cinq provinces (Kurdistan, province occidentale, Kufa, Bassora, Bagdad) disposeront d’autonomie.
• Lors de ses auditions, la Commission de contrôle du gouvernement de la Chambre des représentants a mis en évidence l’étrange gestion de deux associations caritatives, Help Hospitalized Veterans et The Coalition to Support America’s Heroes. Seuls un quart des sommes collectées depuis 2004 pour soutenir les GI’s en mission ont été effectivement affectées à ce but, les trois autres quarts ont été dépensés en frais de fonctionnement et pour enrichir les dirigeants, dont le célèbre Richard A. Viguerie. Le général Tommy Franks a lui-même été payé 100000 dollars pour signer une lettre d’appel de fonds. [Voir document joint : première partie des auditions (13 décembre dernier).]

Audiovisuel international

CHAINE SATELLITAIRE SYRIENNE
• Le ministre russe des Affaires étrangère, Serguéi Lavrov, a déclaré que le processus de paix au Proche-Orient doit englober tous les volets des négociations, y compris les volets syrien et libanais.
• L’Iran a assuré que les pressions internationales concernant son programme nucléaire échoueront. Pour sa part, la Chine a appelé à une solution diplomatique du dossier nucléaire.

AL-JAZEERA (CHAINE QATARI)
Émission : Un œil sur l’Iran
- Mahmoud Ahmadinejad, président iranien
Les menaces d’interventions militaires contre l’Iran répondent à des impératifs électoraux aux États-Unis. Je conseille à George Bush d’écouter la voix de son peuple qui veut rompre avec les politiques agressives.
Le président états-unien n’a pas réussi à semer la discorde entre les peuples de la région.
Le peuple libanais est capable de régler ses problèmes internes si les ingérences étrangères cessent.

Tendances et événements au Liban

Percée dans la forme, blocage sur le fond

La réunion organisée au Parlement par le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, entre des représentants du 14-mars et de l’opposition, constitue un indice politique important. Après avoir rejeté les appels de l’opposition à dialoguer avec son unique négociateur, le général Michel Aoun, les loyalistes ont finalement cédé après avoir reçu des instructions en ce sens de l’Arabie saoudite. Les différentes composantes de l’opposition ont montré la grande confiance qu’elles ont dans le général Aoiun, alors que le 14-mars a dépêché, aux côtés de Saad Hariri, l’ancien président Amine Gemayel. Au premier jour de la seconde mission de Amr Moussa, l’image se présente comme suit :
- 1. L’interprétation donnée par M. Moussa au plan de règlement arabe lors de la réunion a été considérée par l’opposition comme un alignement sur le point de vue du 14-mars. Pas de tiers de garantie pour l’opposition et la majorité des portefeuilles pour le 14-mars, qui disposerait néanmoins d’un tiers de blocage. Cela signifie que la deuxième clause du plan arabe concernant la formation d’un gouvernement d’union nationale n’a toujours pas fait l’objet d’un accord.
- 2. Amr Moussa a entamé ce vendredi une visite à Damas avant de revenir à Beyrouth pour organiser une seconde réunion entre l’opposition et le 14-mars. Mais la presse reste, dans son ensemble, prudente sur la possibilité d’enregistrer une percée significative avant le 21 janvier, date de la prochaine séance d’élection présidentielle au Parlement.
- 3. L’Arabie saoudite et l’Égypte poursuivent leur campagne de soutien au 14-mars et de critiques contre l’opposition libanaise et la Syrie. Ces campagnes prennent surtout pour cible au Liban le chef chrétien de l’opposition, le général Michel Aoun.
- 4. Le président George Bush a déclaré qu’il avait insisté lors de ses entretiens dans les pays de la région sur la nécessité de soutenir le gouvernement de Fouad Siniora. Il a reçu des engagements en ce sens de la part des dirigeants qu’il a rencontrés.
- 5. Des rapports en provenance de New York affirment que de sérieux obstacles se dressent devant les tentatives d’internationalisation de la crise. Paris et Washington éprouveront des difficultés à faire voter une résolution au Conseil de sécurité concernant la présidentielle libanaise.
- 6. L’opposition a réaffirmé son attachement à une participation effective au pouvoir et son refus de faire de la figuration dans un gouvernement totalement contrôlé par le 14-mars. Des interrogations ont surgi sur la position du candidat consensuel Michel Sleimane à ce sujet après les doutes exprimés par un des chefs chrétiens de l’opposition, Sleimane Frangié.

Presse libanaise

AS-SAFIR (QUOTIDIEN PROCHE DE L’OPPOSITION)
La deuxième étape pour consolider ce qui a été réalisé jusqu’à présent —la rencontre Aoun-Hariri—, et qui consiste à recevoir les réponses des deux parties aux questions qui ont été soulevées, sera difficile.

AD-DIYAR (QUOTIDIEN PROCHE DE L’OPPOSITION)
Bien qu’il ait réussi à réunir les représentants du 14-mars et de l’opposition, Amr Moussa n’a pas été en mesure de rapprocher les points de vue des deux parties sur leurs interprétations respectives du plan de règlement arabe.

Audiovisuel libanais

LBC (CHAINE PROCHE DU 14-MARS)
Émission : Les gens en parlent
- Ghazi Aridi, ministre de l’Information (14-mars)
Si la situation explose au Liban, personne ne sera à l’abri. Et si le contexte politique reste tel quel, les choses vont empirer.
L’ambassadeur des États-Unis Jeffrey Feltman n’est pas responsable de tout ce qui se passe aujourd’hui au Liban. Ceux qui ont prorogé le mandat de l’ancien président Emile Lahoud, assassiné Rafic Hariri et perpétré les autres attentats terroristes sont responsables de la dégradation.

Documents joints


Résolution du Parlement européen du 17 janvier 2008 sur la situation en Égypte


(PDF - 129.7 ko)

« Hearing on Assessing Veterans’ Charities, Part 1 », U.S. House of Representatives.


(PDF - 4.9 Mo)

Tendances est un bulletin quotidien de veille politique sur le Proche-Orient, réalisé par l’agence New Orient News à Beyrouth. Retrouvez-le sur Voltairenet.org, en versions allemande, arabe, anglaise, espagnole et française. Consultez également Indicators, le bulletin quotidien de veille économique sur le Proche-Orient, disponible en versions anglaise, espagnole et arabe.