JPEG - 47.6 ko

Lancé à la fin des années 1990, le programme allemand de Fantassin du futur est entré en 2006 dans sa phase de pré-déploiement. Après avoir testé, depuis 2002, au Kosovo, une première version (IdZ7), le ministère de la défense de l’Allemagne a signé, le 1er septembre 2006, un contrat avec l’entreprise Rheinmetall [1], d’un montant (non rendu public) de plusieurs millions d’euros pour le développement d’une version améliorée ou « étendue », IdZ-ES. La société s’est engagée à fournir deux démonstrateurs du système en 2008 et le début de la production en série est prévu pour 2009.

Comme ses homologues européens et internationaux, l’IdZ-ES a trois fonctions majeures :
- protection
- appréhension de l’environnement (situational awareness (SA), en anglais)
- et communications et système d’armes :

Ces caractéristiques sont communes à tous les programmes de ce genre. Selon Rheinmetall [2] :

- « Les éléments de haute technologie qui composent l’équipement du fantassin sont tous soigneusement adaptés à ce concept : ordinateur, capteurs, système de casque avec affichage et radio intégrée voix, aides à la navigation, gilet de protection et système de transport.

- Le système de communication modulaire, entièrement numérisé, permet la transmission vocale, de données et vidéo. Un système GPS à affichage numérique intégré permet la représentation de la situation sur le terrain en temps réel, laquelle peut ainsi être suivie à tous les échelons du commandement. En outre, l’unité de commandement, contrôle, communications et informatique interconnectée (IC4U) de Rheinmetall permet l’échange de données en temps réel entre les fantassins, le véhicule de la section et les réseaux concernés.

- En outre, le contrat englobe le développement d’une large gamme de capteurs pour la conduite de tir et la détection de mines. Rheinmetall travaille aussi avec d’autres partenaires du projet afin de mettre au point un nouveau casque équipé d’un viseur, ainsi que sur un système permettant de suivre l’état de santé du soldat.

- Le contrat de développement comprend également l’intégration de la technologie de I’IdZ-ES dans divers systèmes de blindés tels que le nouveau véhicule de combat de l’infanterie allemande Puma et le nouveau blindé de transport de troupes Boxer, ainsi que des véhicules de combat légers aérotransportables (...). »

Un ensemble IdZ-ES complet comporte un « fusil d’assaut H&K [Heckler and Koch, Allemagne], un système laser monté sur l’arme, un système de commandement, contrôle, communications et informatique (C4I) intégré dans la surveste de combat, un sous-système de protection des yeux et des oreilles, un sous-système de protection NBC, un sous-système de protection balistique et pare-coups et un sous-système de vision nocturne ». Un sous-système joue un rôle important : l’assistant de navigation et de communications, NavICom C4I, fabriqué par la société européenne Thales [3]. Ce système fournit la position du soldat, celle de ses camarades, la localisation de champs de mines (identifiés au préalable par d’autres capteurs) et autres zones dangereuses, les cibles, leurs coordonnées et trajectoire et la présence de forces adverses, amies ou neutres. NavICom assure aussi des communications sécurisées et permet l’échange de données entre le soldat et les différents échelons de commandement et de contrôle à l’arrière.

Le fantassin du futur
- 1. Allemagne : IdZ-ES
- 2. Espagne : COMFUT (COMbatiente FUTuro)
- 3. France : FÉLIN (Fantassin à Équipements et Liaisons INtégrés)
- 4. Italie : Soldato Futuro
- 5. Royaume-Uni : FIST (Future Integrated Soldier Technology)

[1] Rheinmetall contribue aussi au programme français FELIN et au programme canadien ISSP (Integrated Soldier System Project).

[2] « Futur Soldier System », Rheinmetall

[3] Le système NavICom existe aussi dans des variantes à usage civil, pour les transports terrestres et maritimes.